Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Couche-Tard : halte à l’antisyndicalisme

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Couche-Tard : halte à l’antisyndicalisme

Environ 200 personnes ont répondu à l’appel des salarié-es de Couche-Tard et se sont rendues devant le siège social de la compagnie, à Laval. Elles ont dénoncé l’antisyndicalisme de Couche-Tard et ont exigé le respect envers ses salarié-es. Quelques citoyennes et citoyens sont venus les appuyer en solidarité, notamment l’humoriste Gab Roy qui a produit, la semaine dernière, une vidéo pour dénoncer la fermeture sauvage du dépanneur qu’il fréquentait.

Les syndiqué-es du casse-croûte privé de l’hôpital Sainte-Justine, opéré par le Groupe Compass, en grève depuis quelques jours, étaient également présents. En 40 ans d’histoire, ils ont su, eux aussi, se tenir debout devant de puissantes entreprises pour défendre leurs droits et se faire respecter…

Pour les salarié-es du Couche-Tard d’Iberville-Jean-Talon, les recours juridiques doivent suivre leur cours. Ces 13 salarié-es seront soutenus par le Fonds de défense professionnelle car ils ont perdu leur emploi parce qu’il se sont syndiqués. Le FDP soutient également les salarié-es de la succursale St-Denis-Beaubien, jetés à la rue de la même façon. Lundi, la CSN a demandé à la Commission des relations du travail d’ordonner la réouverture de la succursale d’Iberville-Jean-Talon, une cause qui devrait être entendue dans les prochains jours.

Négociations Quant aux établissements de Saint-Liboire et de l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil, les négociations se poursuivent. Quelques travailleuses et travailleurs de ces deux magasins étaient aussi présents à la manifestation. Rappelons que les salarié-es de Couche-Tard souhaitent obtenir :

• quatre journées de maladie ; • un bouton de panique en cas de hold-up ; • un suivi psychologique pour les victimes d’agressions armées ; • des règles objectives pour les octrois de postes et les choix d’horaires et de vacances ; • le respect des Normes du travail et des lois sur la santé et la sécurité ; • une échelle salariale menant vers un taux horaire d’environ 12 $ l’heure au sommet.

Ils ont décidé de se syndiquer pour défendre leurs droits et améliorer leurs conditions de travail. Couche-Tard refuse de négocier de bonne foi avec eux.  La compagnie a préféré fermer deux des quatre succursales où les employés ont exercé leur droit de se syndiquer, un droit fondamental reconnu par la constitution canadienne et la Charte des droits et libertés du Québec.

Mobilisation Les salarié-es de Couche-tard préparent déjà les prochaines étapes de la mobilisation. Pour démontrer leur soutien en ligne et suivre la mobilisation, les abonnés Facebook peuvent joindre la page http://www.facebook.com/couchetardetlerespect.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket