Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

CSN – insérer la date et le titre du communiqué-

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

CSN – insérer la date et le titre du communiqué-

Négociations avec le Groupe Maritime Verreault

La Fédération de la métallurgie de la CSN remet les pendules à l’heure

Le président de la Fédération de la métallurgie de la CSN (FM-CSN), Alain Lampron, a remis les pendules à l’heure à la suite d’un communiqué du Groupe Maritime Verreault concernant les négociations au chantier de Les Méchins.

Une démarche acceptée par les deux parties

Le président de la FM-CSN, qui regroupe 22 000 travailleuses et travailleurs, a précisé, par voie de communiqué, que les représentants du syndicat et ceux du Groupe Maritime Verreault sont engagés dans une démarche de médiation-arbitrale depuis plusieurs mois.

« Celle-ci va conduire, à la conclusion, à l’imposition, d’une convention collective qui déterminera les prochaines conditions de travail au chantier maritime, une convention avec laquelle devront vivre les deux parties. C’est à cette façon de faire que les deux parties ont dit oui », a affirmé le porte-parole syndical.

« Dans le cadre de ce processus, le médiateur-arbitre consulte les parties patronale et syndicale. Il les écoute. Il leur donne son avis. Il les fait cheminer. Le contenu du prochain contrat de travail prend forme. Au bout du compte, le médiateur-arbitre déterminera les termes de la prochaine convention collective qui sera en vigueur. Même si ce n’est pas la négociation d’un premier contrat de travail, il écrira le contenu de cette convention. Auparavant, il aura tenu compte des arguments et des intérêts des deux parties », a expliqué Alain Lampron. Les prochaines conditions de travail seront donc établies par le médiateur-arbitre.

« Autrement dit, le règlement des clauses de la convention collective fait partie d’une direction que le médiateur-arbitre nous a tracée. Donc, répétons-le, ces clauses sont le résultat d’une démarche. Aucune entente de principe n’est intervenue entre les deux parties. Conseillé par le médiateur-arbitre, nous nous sommes engagés dans une voie conduisant à une convention collective. », a spécifié le président de la FM-CSN

Des syndicats démocratiques

Le président de la FM-CSN a aussi fait une autre mise au point. « Les syndicats affiliés à notre organisation sont des syndicats démocratiques. Les travailleuses et les travailleurs d’un chantier, d’une entreprise ou d’une usine réunis en assemblée générale prennent toutes les décisions qui concernent l’acceptation ou non d’une convention collective et plus largement de leurs conditions de travail. Ils sont appelés à voter à scrutin secret sur leur contrat de travail. Ces mêmes travailleuses et travailleurs élisent ou nomment un comité syndical de négociation qui les représente. Ce comité syndical de négociation est leur porte-parole en négociation ».

Une visite inopportune

« Dans son communiqué du 21 novembre, l’employeur affirme que notre fédération renie l’entente conclue en août entre Verreault Navigation et le comité local de négociation. Ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé », a déclaré Alain Lampron.

En août dernier, rappelons-le, un représentant de l’employeur a rencontré le président du syndicat, Yves Harisson, à son domicile.

« Le représentant patronal a ainsi contourné la démocratie syndicale qui veut que tout ce qui concerne les négociations se discute avec le comité de négociation et leurs porte-parole dûment assignés », a rappelé le président de la FM-CSN.

Donc, la Fédération de la métallurgie de la CSN n’a pas rompu une entente conclue en août dernier. Et depuis, le processus de médiation s’est poursuivi. « Pourquoi revenir sur un événement survenu en août ? », s’est interrogé Alain Lampron.

Un communiqué mal venu

Le président de la FM-CSN a conclu en rappelant que : « Le communiqué émis par le Groupe Martime Verreault, le 21 novembre, était mal venu. Alors que nous sommes en fin de course, ce communiqué jette inutilement de l’huile sur le feu. À la fin, il y aura une convention collective en vigueur au chantier maritime Verreault. Il y aura un après négociation. Il me semble que l’employeur devrait s’investir à jeter les bases de relations de travail correctes. C’est notre volonté. », a conclu Alain Lampron.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Industries Verreault (CSN) est affilié au Conseil central du Bas Saint-Laurent (CSN), qui compte plus de 10 000 membres, de même qu’à la Fédération de la métallurgie, et ce, depuis mai 2006.


Source : FM—CSN – 28 novembre 2008

Pour renseignements : Michel Crête, Service des communications de la CSN, tél. : 514 598-2454 ou cell. : 514 703-0775

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket