Commission de la représentation électorale

4 juin 2008

Le Conseil central des syndicats nationaux du Bas-Saint-Laurent (CCBSL-CSN) ajoute sa voix au concert de protestations

C’est dans le cadre de la consultation tenue hier à Cabano que le CCBSL a fait connaître sa position sur la modification de la carte électorale. Rappelons que la commission envisage de faire disparaître trois circonscriptions dans l’Est du Québec. Deux de celles-ci sont au Bas-Saint-Laurent. Des circonscriptions existantes seraient fusionnées avec celles des régions administratives voisines, la Gaspésie et Chaudière-Appalaches. Selon le conseil central, une telle modification rendrait la représentation politique régionale beaucoup plus ardue. « Cela entraînerait plusieurs aberrations : comment se gouvernerait un député qui est élu dans une circonscription où s’appliquent deux modalités différentes d’aide aux régions ressources ? » a questionné Vincent Couture, président du conseil central.

Pour le CCBSL, la réforme proposée est inacceptable. L’accès au député avec de telles modifications sera limité, voir quasi impossible. « Par exemple, jumeler Matane et Gaspé ne tient nullement compte des communautés naturelles alors que le principe même de la loi veut que la détermination des circonscriptions respecte ce critère » a ajouté Vincent Couture.

Après avoir entendu les arguments des acteurs régionaux, le conseil central trace un constat : « Si l’application stricte de la loi engendre autant de réactions, aussi vives, aussi unanimes, c’est que cette loi est vétuste, désuète et qu’elle doit faire l’objet d’une grande réforme. Dès le projet déposé, deux des partis à l’assemblée nationale voulaient que soit pris en compte le cri du cœur des régions. Ils demandaient que la détermination des circonscriptions tienne compte de l’étendue du territoire et de la distance, de la qualité de la représentation, de l’équité interrégionale, de l’accès direct aux députés, et une représentation plus équitable des milieux fortement peuplés ou urbanisés. Malheureusement, c’est l’opposition officielle qui a refusé que soit revue la loi. Le Bas-Saint-Laurent est défavorisé et c’est cautionné par l’ADQ ! » a-t-il renchérit.

Le CCBSL croit qu’il est plus que temps que soit revue la loi électorale et qu’une telle révision tienne compte des facteurs déjà mentionnés, mais aussi et qu’enfin nous en arrivions à un mode de scrutin plus représentatif de la réalité du Québec et de ses régions ; un mode de scrutin qui utilise le mode à la proportionnelle en partie afin de corriger plusieurs aberrations que nous connaissons avec le scrutin uninominal à un tour.

Le constat est clair, c’est tout le Bas-Saint-Laurent qui tire dans la même direction. Les modifications proposées amènent de grandes aberrations, et le résultat ne représente en rien la réalité de notre région. Bref, d’autres motifs pour que la population se désintéresse de la politique.

Lors de sa dernière assemblée générale, le CCBSL a adopté une résolution visant à réclamer le maintien des circonscriptions actuelles. Cette résolution a été adoptée à l’unanimité.

Le Conseil central représente 10 000 membres, répartis dans plus de 100 syndicats dans toutes les MRC de la région, de La Pocatière à Les Méchins, tous les secteurs d’activité confondus, privé comme public.


Source : Conseil central du Bas-Saint-Laurent-CSN

← Précédent Projet de loi 88 modifiant la Loi sur l’instruction publique et la Loi sur les élections scolaires : Pour la CSN, il faut actualiser la gouvernance et la démocratie scolaire pour la revalorisation du système public d’éducation 3 juin 2008
Suivant → LA GRÈVE EST ÉVITÉE À LA MUNICIPALITÉ DE LAC - DES - ÉCORCES 5 juin 2008

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/csn-inserer-la-date-et-le-titre-du-communique-7/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.