Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Début des auditions devant la Commission des relations du travail

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Scabs au Journal de Montréal

Début des auditions devant la Commission des relations du travail

Les auditions devant la Commission des relations du travail (CRT) concernant la plainte déposée par le Syndicat des travailleurs de l’information du Journal de Montréal (STIJM–CSN) ont débuté hier. Elles se sont transformées en conférence préparatoire qui a servi à déterminer un calendrier de rencontres devant le commissaire André Bussière. Ainsi, le 24 avril, le STIJM se fera entendre pour tenter d’obtenir des mesures provisoires visant à empêcher l’agence QMI d’alimenter le quotidien de la rue Frontenac en contenu. Selon ce que démontrera le syndicat, cette agence est un pseudo organe de presse qui sert à rediriger vers le Journal des textes et des photos provenant de toutes les autres publications ou sites Web de Quebecor Media. Le 13 mai, le syndicat interviendra sur l’ensemble de la plainte qu’elle a déposée le 31 mars à la CRT. Dans celle-ci, outre l’ordonnance visant l’agence QMI, le STIJM veut aussi empêcher la publication de textes et de photos provenant du Journal de Québec traitant d’événements qui se produisent hors de son territoire, comme le prévoit la convention collective du STIJM. Elle porte également sur la publication de caricatures de YGreck.ca et les photos provenant de photographes à leur compte ou à l’emploi d’autres employeurs. Concernant le travail des collaborateurs externes, le syndicat demande à la commission de faire en sorte que le Journal de Montréal s’en tienne à la situation qui prévalait avant le début de la négociation, conformément au Code du travail et à sa convention collective.
 Par exemple, Joseph Facal signe actuellement deux chroniques, plutôt qu’une, par semaine. Selon le syndicat, cet ajout vise à remplacer le travail du chroniqueur d’opinion en lock-out Marco Fortier, contrevenant ainsi au Code du travail. Manifestation devant Brault & Martineau Plus tôt dans la journée d’hier, les 253 lock-outés du Journal de Montréal ont manifesté devant l’une des succursales de Brault & Martineau, l’un des plus importants annonceurs du quotidien de la rue Frontenac. Les membres du STIJM–CSN ont ainsi poursuivi la campagne qu’ils mènent auprès de la population et des annonceurs du Journal pour faire pression sur leur employeur afin qu’il retourne à la table de négociation. Il y a un mois, plus de 300 annonceurs du Journal de Montréal ont reçu une lettre du syndicat leur demandant s’ils considèrent toujours que, depuis le début du conflit, leur véhicule publicitaire leur permet d’atteindre les objectifs de vente ou de notoriété qu’ils souhaitent. Avec la désaffection de plusieurs chroniqueurs, les tentatives de Quebecor Media de maintenir artificiellement le tirage du Journal par la distribution gratuite et massive de journaux, la diminution de la qualité rédactionnelle, le syndicat estime que le jeu, autant pour les annonceurs que pour les lectrices et les lecteurs, n’en vaut pas la chandelle. Des feuillets d’information à la clientèle de Brault & Martineau ont aussi été distribués.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket