Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Début des votes de grève

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Négociation dans le secteur de l'hôtellerie

Début des votes de grève

Les syndicats qui prennent part à la négociation coordonnée du secteur de l’hôtellerie de la CSN entendent augmenter les moyens de pression. En raison de la lenteur des négociations, les syndicats ont entamé cette semaine une série d’assemblées générales afin de se doter de mandats de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève, à être utilisés au moment jugé opportun.

Le porte-parole du secteur de l’hôtellerie de la Fédération du commerce de la CSN (FC-CSN), Michel Valiquette, déplore le comportement des employeurs aux différentes tables de négociation. « Lorsque nous avons déposé nos cahiers de demandes en avril, nous avons envoyé un message clair aux employeurs : compte tenu du bien-fondé de nos demandes et de leur faible poids financier, il était possible de régler avant même l’échéance de nos conventions collectives. Nous avons été bien tranquilles jusqu’à maintenant, afin de laisser toute la place à la négociation. Force est d’admettre que les directions hôtelières n’ont pas bien compris. »

Protection des emplois La plateforme de négociation coordonnée, déposée à l’ensemble des tables de négociation, fait de la protection des emplois une priorité pour les syndicats. Ceux-ci désirent contrer le recours abusif au travail des cadres, effectué au détriment des salarié-es syndiqués. L’affichage et l’embauche lorsque des postes sont laissés vacants constituent également un enjeu de négociation. Enfin, les travailleuses et les travailleurs de l’hôtellerie veulent stopper le recours par les établissements hôteliers aux programmes de services d’entretien ménager réduits qui, lorsque mis en place, menacent autant les emplois que les services à la clientèle.

« En négociant sérieusement, il est possible de s’entendre rapidement sur de nouveaux contrats de travail dans le secteur de l’hôtellerie, affirme Michel Valiquette. Les employeurs doivent toutefois accepter de répondre à nos priorités de négociation. Sans cela, nous n’hésiterons par à recourir à nos mandats de grève pour faire accélérer les pourparlers. »

La présente ronde de négociation coordonnée regroupe 35 syndicats représentant 5500 travailleuses et travailleurs du secteur de l’hôtellerie dans les régions du Grand Montréal, de Québec, de l’Estrie, de la Montérégie et de l’Outaouais. Fondée en 1921, la CSN rassemble 300 000 membres, et ce, tant dans les secteurs public que privé.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket