Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des cours de français pour les préposé-es aux chambres des hôtels de Montréal

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Des cours de français pour les préposé-es aux chambres des hôtels de Montréal

Le 24 novembre, à l’occasion d’une rencontre du secteur tourisme de la Fédération du commerce – CSN, les délégué-es ont pris connaissance de toutes les activités de la fédération liées au plan de travail de la CSN concernant la francisation des entreprises.

Cette présentation contenait un volet particulier quant au projet unique qui se déroule actuellement dans le secteur de l’hôtellerie à Montréal. On y organise des cours de français en milieu de travail avec la collaboration du ministère de l’Immigration et Communautés culturelles (MICC) et de l’Office québécois de la langue française (OQLF). Entre autres, un carnet d’apprentissage a été spécialement conçu pour les préposé-es aux chambres incluant un chapitre concernant toutes les facettes de la santé et de la sécurité au travail dans ce métier. Cet outil pédagogique a d’ailleurs été développé à partir d’un exemple concret qui s’est déroulé dans un hôtel syndiqué CSN. À la fin de la présentation, un conseiller de la Fédération du commerce a témoigné de son expérience, étant lui-même en train de mettre en place des cours de français dans deux entreprises, dont un hôtel de Montréal. Il a souligné qu’avec l’aide des services-conseils en francisation offerts par le Service des relations du travail de la CSN, la démarche s’exécute facilement et que c’est une bonne façon d’aider les membres dans les divers aspects de leur vie.

Il est en effet démontré que ce type de formation a un impact positif dans les entreprises, entre autres : • une participation accrue des travailleuses et des travailleurs dans le milieu de travail ; • une augmentation de la mobilité et de l’employabilité des salarié-es ; • une réduction des risques d’accident et de maladie liés à une mauvaise compréhension ou à une interprétation erronée des règles de sécurités ; • l’amélioration des relations interpersonnelles ; • la consolidation de la vie syndicale ; • une généralisation du français dans le milieu du travail et l’usage d’une langue commune.

En outre, ces améliorations ont des impacts positifs dans la vie de tous les jours de ces salarié-es.

La CSN travaille activement pour la francisation des milieux de travail, notamment par l’organisation de cours de français s’adressant aux personnes issues de l’immigration. Il s’agit d’un des moyens que la centrale met en œuvre pour favoriser l’intégration de ces personnes à la société québécoise.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket