Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Encore une fois, l’employeur pousse le syndicat au conflit

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Débrayage aux Autobus Laval à Beauport

Encore une fois, l’employeur pousse le syndicat au conflit

Sans nouvelles de l’employeur depuis le 23 janvier dernier, le Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Autobus Laval (STTAL) considère ne pas avoir le choix d’exercer son mandat de grève générale illimitée, et ce, dès mercredi prochain à minuit. En conciliation, les négociations piétinent et cela retarde inutilement le renouvellement de leur convention collective échue, depuis le 31 juillet 2010. « Ce n’est jamais de gaieté de cœur que nous déclenchons une grève. L’employeur, Autobus Laval, nous a toujours confrontés et poussés à bout jusqu’à ce que nous exercions cet ultime moyen de pression pour nous faire respecter. Ce n’est pas la première fois qu’il agît de la sorte : notre première convention avait été imposée par le ministère, puis à chaque renouvellement, nous avons fait face à un conflit. Si nous sortons en grève mercredi, c’est qu’encore une fois, nous en avons assez de cette attitude méprisante qui nie notre droit à réellement négocier des conditions de travail et un salaire décents. Cette confrontation nous impose un climat de travail lourd. Nous sentons constamment la tension qui envenime les relations de travail et nous en avons ras-le-bol de cette dynamique malsaine. Nous croyons sincèrement que, malgré les efforts supposément déployés par l’employeur pour améliorer le climat de travail, celui-ci n’a pas saisi les nombreux messages lancés par ses employés signifiant leur mécontentement dans la façon dont ils sont traités », de déclarer Gilles Doiron, directeur et porte-parole du STTAL. Dès mercredi matin, à 6 h, devant les bureaux de l’employeur situés au 445, des Alleghanys, à Beauport, le syndicat dressera les piquets de grève. « Nous serons aux côtés des membres du STTAL jusqu’au bout pour qu’ils obtiennent satisfaction dans leurs revendications. Pour nous, il s’agit d’une lutte qui, au final, touche toutes les conductrices et tous les conducteurs d’autobus scolaire au Québec qui, comme eux, se battent pour enfin voir leur métier reconnu par de bonnes conditions de travail », de préciser conjointement Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches – CSN, et Yvon Godin, vice-président de la Fédération des employées et employés de services publics – CSN. « L’employeur dispose donc de 48 heures pour démontrer clairement qu’il entend désormais respecter les travailleuses et les travailleurs qui transportent fièrement, tous les jours, 8700 élèves vers leurs écoles respectives. La direction d’Autobus Laval doit bien comprendre qu’indirectement, en respectant ses salarié-es, ce sont les parents, leurs enfants et les commissions scolaires, qui sont ses clientes, qui le seront tout autant. Pour ce faire, elle n’a simplement qu’à revenir à la table de négociation », de conclure monsieur Doiron. Le STTAL regroupe environ 180 salarié-es membres de la Fédération des employées et employés des services publics – CSN qui compte plus de 400 syndicats affiliés, représentant environ 55 000 membres dans le domaine des services publics et parapublics. Le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches – CSN compte 250 syndicats sur son territoire et un total de 40 000 membres. Le mercredi 15 février 2012, les médias sont invités à une manifestation d’appui à 7 h 30 face au 445, des Alleghanys, à Beauport. Des représentants syndicaux seront disponibles pour des entrevues.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket