Ensemble pour des luttes fécondes

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

À la librairie

Les luttes fécondes 
Libérer le désir en amour et en politique
Catherine Dorion, Atelier 10, 2017, 116 pages | Agir ensemble
Penser la démocratie syndicale
Christian Nadeau, Somme toute, 2017, 86 pages
Les luttes fécondes Libérer le désir en amour et en politique Catherine Dorion, Atelier 10, 2017, 116 pages | Agir ensemble Penser la démocratie syndicale Christian Nadeau, Somme toute, 2017, 86 pages

Ensemble pour des luttes fécondes

Puisque c’est la rentrée, ce n’est pas un, mais deux titres qui vous sont proposés. Dans l’ordre ou le désordre, les chapitres entremêlés de deux essais québécois, a priori aux antipodes, s’unissent finement en un seul filet d’huile — l’une plus piquante, incisive et lyrique, l’autre plus philosophique, à la fois théorique et pragmatique. Les luttes fécondes — Libérer le désir en amour et en politique, de Catherine Dorion, et Agir ensemble — Penser la démocratie syndicale, de Christian Nadeau, se combinent fort bien pour alimenter la réflexion quant à notre démocratie syndicale.

Les luttes fécondes | Libérer le désir en amour et en politique | Catherine Dorion, Atelier 10, 2017, 116 pages
Agir ensemble | Penser la démocratie syndicale | Christian Nadeau, Somme toute, 2017, 86 pages

Si Dorion place l’individu avant tout au cœur des luttes à mener, c’est qu’elle croit fermement que sa mobilisation passe par la prise de conscience de cette énergie — nommée désir, contenue en chacun de nous, et qui n’aspire qu’à être libérée pour se déployer, créer et lutter. Nadeau, de son côté, faisant le constat que « nos démocraties marchent sur une seule jambe », parce qu’elles s’expriment surtout par les mécanismes représentatifs au sein de nos instances syndicales, plaide pour davantage de mécanismes délibératifs, c’est-à-dire de participation. Cela « implique de construire des lieux d’échanges indépendants, dynamiques et novateurs » en marge des instances formelles. Pour le philosophe, les principales menaces au monde syndical sont internes : il fait la démonstration qu’en alliant ces deux modèles, on pourrait en atténuer les effets. « Le syndicalisme est une lutte collective. Pour agir ensemble, il faut penser ensemble. Et penser ensemble implique de parler entre nous. » Ainsi, c’est par la voie des interactions entre individus que peut s’exprimer l’action collective. Voilà qu’apparaît la trame commune aux deux ouvrages.

Bien que leurs parcours diffèrent grandement (l’une davantage artiste, l’autre professeur), les deux militants semblent ici poursuivre le même but : réformer par l’intérieur (l’organisation, l’individu) en laissant s’exprimer le désir de participer au changement, de « transformer la discontinuité en continuité, les petits points isolés en étendue », et aussi permettre aux « révolutions de prendre pied » (Dorion).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023