Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Entente de principe approuvée à 82 %

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

Les Gestionnaires de premier niveau d'ADM font des gains à la table de négociation

Entente de principe approuvée à 82 %

Lors d’une assemblée générale tenue lundi soir, les membres du Syndicat des Gestionnaires de premier niveau des aéroports de Montréal (FP-CSN) ont voté avec un taux de 82 % pour une entente de principe avec leur employeur après 22 mois de négociations.

Le syndicat, qui s’est affilié à la CSN en février 2012, a atteint son premier objectif : un écart salarial d’au moins 10 % par rapport aux employé-es sous la responsabilité de ses membres. De plus, les membres recevront un montant forfaitaire si leur salaire n’atteint pas au moins 110 % de celui de leur employé le mieux rémunéré. Une fois que chacun des gestionnaires est reclassé, les hausses de salaire totalisent en moyenne 11,4 % pendant la durée d’une convention collective de quatre ans.

« Je suis très fier de notre comité de négociation, a commenté le président du syndicat des GPN, Pierre Audette. On a eu des difficultés à la table, mais on a toujours voulu négocier et je suis satisfait des résultats. »

Monsieur Audette souligne la mobilisation des membres du syndicat qui a contribué à faire progresser les pourparlers avec l’administration de l’Aéroport de Montréal. « Pendant un an, la négociation n’allait nulle part, mais la minute qu’on a posé des gestes, cela a débloqué. »

La convention collective comprend également des améliorations sur des primes, les repas payés et la reconnaissance syndicale.

Carole Chèvrefils, la trésorière du syndicat et membre du comité de négociation, attribue le nouvel esprit syndical des GPN à l’affiliation avec la CSN il y a 15 mois, après avoir quitté les rangs de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

« Avec la CSN, on a toujours eu le dernier mot sur les négociations, a constaté Carole Chèvrefils. Avant, l’AFPC prenait toutes les décisions et on n’a jamais eu recours à la mobilisation. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket