Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Février 2003 – FNEEQ – CSN – Les tutrices et les tuteurs de la Télé – université lancent un cri du coeur

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…
La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…

Février 2003 – FNEEQ – CSN – Les tutrices et les tuteurs de la Télé – université lancent un cri du coeur

Manifestation à Québec

Les tutrices et les tuteurs de la Télé-université lancent un cri du coeur

En négociation depuis plus de 10 mois afin de renouveler leur convention collective échue depuis le mois d’août 2001, les quelque 130 tutrices et tuteurs de la Téluq lancent un cri du coeur. Depuis le mois de septembre 2002, les négociations se déroulent en présence d’un conciliateur du ministère du Travail, et ce, à la demande de l’employeur, sans véritables progrès. Le syndicat presse la directrice générale de la Téluq, Madame Anne Marrec, de dégager des mandats permettant à ses négociateurs d’en arriver à une entente satisfaisante au plus tôt.

Sylvie Pelletier, présidente du syndicat, explique qu’« avec l’utilisation du courriel et des forums de discussions électroniques, les heures consacrées à l’encadrement des étudiantes et des étudiants dans leurs cours ont considérablement augmentées. Au surplus, le système de gestion des dossiers étudiants mis en place par l’administration de la Téluq – automatisé à grands frais – s’avère dysfonctionnel, ce qui entraîne un alourdissement des tâches administratives pour les tutrices et les tuteurs.«  Ces changements technologiques ont par ailleurs fait l’objet d’une sentence arbitrale rendue en août 2001 en faveur du syndicat, sentence qui obligeait l’employeur à en négocier les termes avec le syndicat. L’administration de la Téluq a demandé une révision judiciaire et nous sommes toujours en attente. Au cours des rencontres de négociation, l’employeur persiste à nier la surcharge de travail malgré l’évidence et n’offre qu’une compensation symbolique.

Force est de constater que pour la Téluq, les tutrices et les tuteurs sont des éléments négligeables au sein de l’institution. Pourtant, « c’est nous qui assumons l’encadrement pédagogique et qui sommes en contact quotidien avec les étudiantes et les étudiants« , signale Sylvie Pelletier.

Pour sa part, François Cyr, vice-président de la FNEEQ-CSN, souligne « qu’il est temps que l’employeur respecte ces acteurs de première ligne que sont les tutrices et les tuteurs, qui interviennent auprès de milliers d’étudiants chaque année.« 

Les tutrices et les tuteurs assument leurs frais de bureau, défraient en bonne partie leur abonnement à l’internet haute vitesse, ainsi que les coûts engendrés par l’impression des travaux transmis par les étudiantes et les étudiants par courriel, etc. Ils exigent le juste remboursement de ces frais, alors que la Téluq s’obstine à n’en rembourser qu’une partie. « L’enseignement à distance est un secteur en pleine expansion. Notre rôle est primordial au sein de la Télé-université. La valeur de notre travail ainsi que la reconnaissance de toutes les heures consacrées à l’encadrement télématique doivent être pleinement reconnues. La convention collective dont nous conviendrons doit y faire écho« , ajoute Sylvie Pelletier.

Les conditions de travail des tutrices et des tuteurs sont bien en deçà des normes minimales que l’on retrouve dans le réseau universitaire. La meilleure solution de rechange sera-t-elle de cesser de faire du bénévolat ? Les tutrices et les tuteurs craignent que les positions de l’employeur ne les forcent à s’y résoudre. Ils sont déterminés et solidaires face à la direction de la Téluq.

« Nous ne voulons pas pénaliser les étudiantes et les étudiants. Nous espérons que nous pourrons en arriver à une entente avec la direction. Mais le temps presse« , conclut madame Pelletier.

Les syndicats des 8000 chargé-es de cours des universités au Québec qui sont affiliées à la FNEEQ-CSN ont les yeux tournés vers cette négociation et sont préoccupés par les conditions de travail de leurs collègues, comme en témoigne la présence de leurs représentantes et représentants à Québec aujourd’hui afin de manifester leur appui aux tutrices et aux tuteurs.

La FNEEQ-CSN est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec.

Source : FNEEQ 27-02-03 Renseignements : Sylvie Pelletier, présidente du syndicat des tutrices et tuteurs de la Télé-université, (514) 702-5372; François Cyr, vice-président de la FNEEQ-CSN, (514) 946-4471

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket