Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Février 2003 – FNEEQ – CSN – Négociations au collégial: les profs de cégeps déposent leurs demandes

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…

Février 2003 – FNEEQ – CSN – Négociations au collégial: les profs de cégeps déposent leurs demandes

Négociations au collégial

Les profs de cégeps déposent leurs demandes

La FNEEQ-CSN a procédé plus tôt cette semaine au dépôt des demandes sectorielles pour les profs de cégeps en vue du renouvellement de leur convention collective, échue depuis le 30 juin 2002. Au cours de la rencontre avec le Comité patronal de négociations des collèges, qui s’est déroulée à Montréal le mardi 25 février, les représentants de la FNEEQ ont signifié que les attentes des enseignantes et des enseignants de cégep étaient grandes, particulièrement en ce qui a trait à la nécessité d’accroître les ressources dévolues à l’enseignement.

Pierre Patry, président de la FNEEQ-CSN, souligne que « le cahier de demandes constitue un projet global et cohérent basé bien sûr sur les besoins que les membres ont exprimé au cours des assemblées générales, mais aussi sur notre vision du développement du réseau collégial pour les prochaines années.«  Les enseignantes et les enseignants qui oeuvrent au collégial ont esquissé les pistes de solutions à des problèmes criants que vit le réseau.

Pour la FNEEQ-CSN, les négociations entourant les clauses normatives au collégial tourneront principalement autour de cinq enjeux :

– l’accroissement des ressources à l’enseignement ;

– l’amélioration des conditions de travail pour le personnel enseignant au secteur de la formation continue ;

– la précarité et la sécurité d’emploi ;

– l’organisation du travail ;

– le renouvellement du personnel enseignant, l’intégration professionnelle et le perfectionnement des enseignantes et des enseignants.

Les demandes concernant les ressources découlent de l’alourdissement de la tâche, engendré, entre autres, par la réforme implantée depuis 1993. En effet, les exigences accrues liées à l’approche programme, les multiples préparations de cours, les évaluations et révisions de programmes ont ajouté au fardeau, déjà lourd, de la tâche des enseignantes et des enseignants. Bref, les ressources sont vitales afin d’assurer la poursuite de notre travail favorisant la réussite des étudiantes et des étudiants.

La précarité est devenue le lot de plusieurs travailleuses et travailleurs dans la société en général et le réseau collégial n’échappe pas à la montée de ce phénomène. La précarité touche près de 40 pour cent des enseignantes et des enseignants de cégeps ; il importe donc de garantir une plus grande stabilité d’emploi, d’améliorer les conditions d’exercice de la profession et favoriser l’accès à la permanence pour ces profs. À cet égard, nous savons qu’il y aura des très nombreux départs à la retraite au cours des prochaines années. Le renouvellement du personnel enseignant est donc une préoccupation majeure : les besoins en termes d’intégration professionnelle harmonieuse et de perfectionnement seront accrus.

La formation continue est un autre enjeu important. La croissance de ce secteur a été très rapide et les conditions de travail des chargé-es de cours qui enseignent en formation continue comportent de grands écarts avec les conditions qui prévalent à l’enseignement régulier. Pierre Patry rappelle que « le gouvernement a adopté une politique de formation continue incitant à la formation tout au long de la vie. Il est donc paradoxal de constater que les conditions de travail ne reflètent pas l’importance accordée à cette question.« 

L’organisation du travail a lourdement été bouleversée par la décentralisation pédagogique qui a accompagné la réforme. Par ailleurs, l’intégration des technologies de l’information cause plusieurs problèmes. L’implantation anarchique, la désuétude, les versions de logiciels rapidement dépassées, la constante et nécessaire mise à jour du personnel enseignant sont autant d’éléments qui seront objet d’une attention particulière.

Nés de la volonté d’une démocratisation de l’accès aux études supérieures, les cégeps sont devenus au fil des ans des repères culturel, social et économique au Québec. Les enseignantes et les enseignants ont à coeur qu’ils le demeurent.

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec est l’organisation la plus représentative de l’enseignement collégial au Québec. Elle représente près de 14 000 membres, soit les deux tiers des enseignantes et des enseignants de cégep, qui oeuvrent dans 35 cégeps.

Source : FNEEQ 27-02-03 Renseignements : France Désaulniers (514) 219-2947 (cell.)

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket