Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Intoxication néolibérale

Du même SUJET

Un programme à protéger et à améliorer

Un programme à protéger et à améliorer

Des syndicats, des groupes militant pour les droits des femmes, des travailleuses et des travailleurs ainsi…
Que vient-on de signer au juste ?

Que vient-on de signer au juste ?

Faut-il en comprendre que l’on a négocié un peu à l’aveugle, pendant plus de trois ans ?…
Un tremplin pour les syndicalistes en devenir

Un tremplin pour les syndicalistes en devenir

Tout d’abord, il me paraît pertinent de préciser que la formation mise en place il y…
Un espace de parole et de débats ouverts

Un espace de parole et de débats ouverts

Que des hommes et des femmes ne comprennent pas le besoin de se réunir entre femmes…
Le retour au travail à la suite d’un problème de santé psychologique

Le retour au travail à la suite d’un problème de santé psychologique

Que font la plupart des organisations devant ce fléau ? Elles ont une approche centrée sur la…
Solidarité avec les lock-outés

Solidarité avec les lock-outés

La veille de Noël, à quelques minutes de la fin de la journée de travail, les…

À la librairie

Intoxication néolibérale

perspectives53_librairie_economie_toxiqueL’économie toxique – Spéculation, paradis fiscaux, lobby, obsolescence programmée…

Réseau pour un discours alternatif sur l’économie,
M éditeur, octobre 2014, 148 p.


Nous savons maintenant que l’austérité tue (voir « À la librairie », Perspectives no 48, janvier 2015), mais combien d’entre nous réalisent que l’ensemble de l’œuvre néolibérale concourt à nous « intoxiquer » à petit feu ? L’éco-nomie toxique en fait la démonstration convaincante par de courts textes des plus accessibles, contribuant au passage à démys-tifier les assises de notre économie.

Dans leur introduction, Bernard Elie et Claude Vaillancourt présentent les dix thèmes traités dans le livre. Si certains n’étonnent guère (le recours aux paradis fiscaux, la spéculation, le lobbyisme, la montée des inégalités de revenus), d’autres surprennent davantage (la pensée unique dans l’enseignement de l’économie, l’exploitation sans limites des énergies fossiles, l’obsolescence programmée, la quête constante de la croissance). « Nous nous sommes donné le défi d’examiner ces pratiques économiques, qui sont parfaitement courantes, sur lesquelles on a presque cessé de réfléchir tant elles font partie de notre paysage, mais qui demeurent fondamentalement noci-ves. Si elles persistent, c’est que des individus en tirent avantage. Seulement, ces avantages sont loin d’être partagés, et se transforment même en travers et en nuisance pour toutes les autres citoyennes » (p. 7).

À la lecture des textes, dans l’ordre de présentation ou non, une étrange fascination s’installe lorsqu’on comprend à quel point les thèmes sont interreliés et indissociables de l’idéologie néolibérale et de ses rouages. Comme si on nous présentait les bases du programme des gouvernements néolibéraux qui se sont succédé depuis trop longtemps. Et comme le disent les auteurs en conclusion : « La bataille pour imposer des solutions nouvelles aux problèmes auxquels nous sommes confrontés est donc, d’abord et avant tout, idéologique. Et gagner sur le plan idéologique demeure difficile, d’autant que nous nous heurtons à la fois à des convictions très fortes et à d’immenses intérêts financiers » (p.142). Et la bataille est loin d’être terminée ! C. R.

Pour commander : librairie@csn.qc.ca.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket