Iran, la mèche de la révolte

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
L’avenir se conjugue au nous

L’avenir se conjugue au nous

La Journée internationale des droits des femmes est l’occasion parfaite de réfléchir sur ce qui a…
Retards dans les versements de sommes dues au personnel

Retards dans les versements de sommes dues au personnel

La Fédération de la Santé et des services sociaux (FSSS–CSN), la Fédération interprofessionnelle de la santé…
Santé mentale : les services publics ne résisteront pas à la vague

Santé mentale : les services publics ne résisteront pas à la vague

La prochaine vague liée à la COVID-19 ne sera probablement pas causée par une mutation du…
La CSN espère un changement de cap du gouvernement

La CSN espère un changement de cap du gouvernement

Invités à rencontrer la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, pour discuter des négociations avec…
Concours Chapeau, les filles ! et son volet Excelle Science – Un engagement durable de la CSN

Concours Chapeau, les filles ! et son volet Excelle Science – Un engagement durable de la CSN

Depuis 25 ans, Chapeau, les filles ! honore des étudiantes qui optent pour un métier ou une…

Lettre ouverte de Caroline Senneville, présidente de la CSN

Iran, mèches de cheveux

Iran, la mèche de la révolte

Lettre ouverte publiée le samedi 28 octobre dans Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, Le Quotidien, La Tribune et la Voix-de-l’Est.

Le vaste mouvement de protestation populaire en cours en Iran est celui d’un peuple qui aspire à des changements institutionnels et politiques fondamentaux. Depuis le décès de Mahsa (Jina) Amini, jeune femme kurde de 22 ans arrêtée et battue par la « police des mœurs » à Téhéran à la mi-septembre, une riposte populaire iranienne s’élève afin de dénoncer les actes d’inhumanité commis contre les citoyennes et les citoyens. Madame Amini est morte aux mains des forces de l’ordre pour lesquelles la jeune femme ne portait pas le voile de façon convenable, laissant voir des mèches de cheveux.

Tandis que le régime en place réprime violemment cette marche vers la liberté, des mouvements de solidarité s’organisent à l’international afin de relayer la voix de celles et de ceux qui, jour après jour, risquent leur vie pour contrer l’obscurantisme et l’intégrisme. La CSN ajoute sa voix à ce mouvement de solidarité et dénonce la répression de l’État iranien. Selon le dernier compte de l’Iran Human Rights, le gouvernement iranien est à l’origine d’au moins 234 décès à ce jour, dont 29 enfants.

Ce sont non seulement les femmes, mais tout un peuple qui se soulève. La révolte touche aussi les Kurdes et d’autres exclu-es ou victimes de la crise économique, laquelle est aggravée par la COVID-19 et par la corruption. Les jeunes ne s’y reconnaissent plus. Ce sont les personnes des générations Z et Y qui l’expriment sur les réseaux sociaux. Tantôt elles se dévoilent, tantôt se coupent une mèche de cheveux : voilà qui marque la rupture, le recommencement et le pouvoir transformateur du changement.

Pour toutes ces raisons, la CSN demande au gouvernement canadien de soutenir dès maintenant la mise en place, aux Nations Unies, d’un mécanisme indépendant pour enquêter sur les crimes les plus graves au regard du droit international commis en Iran. Faisons en sorte que les responsables répondent de leurs actes !

La lutte féministe et populaire vise à faire tomber des lois, des pratiques de ségrégation, des procédés d’exclusion sociale et économique où l’État a le contrôle sur les corps – celui des femmes, la plupart du temps – sur l’espace public, sur le travail et sur l’éducation. L’enjeu en Iran est celui de la liberté, celle des femmes et aussi celle des groupes marginalisés, de choisir ce qu’il advient de leur destinée contre un pouvoir qui voudrait le faire pour eux.

Caroline Senneville

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS