Journée nationale de réflexion et lancement du manifeste sur l’avenir des universités

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Les services de l’aide juridique dispensés au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Iles-de-la-Madeleine pourraient à nouveau…
Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, rencontrait ce matin des représentantes des Médecins québécois pour…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Le gouvernement de la CAQ prépare une profonde transformation en santé et services sociaux. L’actualité nous…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…

Pour une université libre, accessible, démocratique et publique

Journée nationale de réflexion et lancement du manifeste sur l’avenir des universités

Les acteurs du milieu universitaire réunis au sein de la Table des partenaires universitaires (TPU) ont convié aujourd’hui la communauté universitaire et la population québécoise à une journée nationale de réflexion sur l’avenir des universités québécoises dont le thème est « L’université pour tout le monde ». Une série de conférences et d’ateliers sont organisés à l’UQAM et diffusés simultanément dans la plupart des universités québécoises. Pour l’occasion, près de 20 000 étudiantes et étudiants à travers le Québec sont en grève pour prendre part au débat. Au cours de cet événement historique, la TPU rend public par ailleurs le Manifeste de l’université québécoise – Pour une université libre, accessible, démocratique et publique.   « Devant l’insuffisance du processus consultatif lancé récemment par la ministre de l’Éducation et les attaques répétées envers le caractère public, accessible et libre des universités, notre manifeste, qui interpelle le gouvernement du Québec et l’ensemble de la population québécoise, aborde en profondeur les enjeux fondamentaux auxquels font face les universités » soulignent les signataires du manifeste. Ils ajoutent en outre qu’« alors qu’on tente de réduire la mission universitaire à une simple participation au développement économique et qu’on prétend, à cet égard, justifier ainsi une augmentation des frais de scolarité, les signataires de ce manifeste prennent position en faveur d’une université libre, accessible, publique et démocratique ». En ce sens, la rencontre du 6 décembre prochain convoquée par la ministre de l’Éducation ne nous permettra pas de réfléchir aux véritables enjeux de nos universités, puisqu’il s’agit d’une rencontre visant particulièrement à convenir des modalités d’une hausse des droits de scolarité, des modes d’évaluation de la performance du réseau universitaire et de l’arrimage des universités aux impératifs économiques.  Face à ce type de consultation, dont les conclusions semblent être à toutes fins pratiques déjà connues, la TPU continue plus que jamais de promouvoir la tenue d’États généraux démocratiques et ouverts pour que la mise au jeu se fasse en fonction de la mission fondamentale de nos institutions universitaires.   « La réflexion à entreprendre sur l’université de demain est aussi une réflexion sur la société que nous voulons, le monde dans lequel nous voulons vivre.  Que restera-t-il du Québec lorsque ses institutions d’enseignement supérieur seront devenues des machines à produire une main d’œuvre pour l’industrie de pointe ? Car si l’université fait naufrage, c’est avant tout parce que la société en entier est entraînée dans la dérive » conclut le manifeste. Partout au Québec, dans différents pavillons universitaires, la population étudiante, les membres du personnel, les étudiantes et étudiants salariés, le corps professoral et les chargées et chargés de cours profitent de cette journée pour discuter en profondeur de l’avenir des universités québécoises. C’est au professeur Guy Rocher, artisan du Rapport Parent et ardent défenseur d’une université libre et accessible, qu’on a confié le mot de clôture de cette journée nationale de réflexion. La Table des partenaires universitaires regroupe les organisations étudiantes et syndicales suivantes : l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) le Conseil provincial du secteur universitaire (SCFP-FTQ) le Conseil québécois des syndicats universitaires (CQSU-AFPC) la Fédération des associations étudiantes universitaires du Québec en éducation permanente (FAEUQEP) la Fédération des professionnèles (FP-CSN) la Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche (FPPU) la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) la Table des syndicats universitaires (TSU-CSQ)

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket