La communauté universitaire dénonce l’arrogance du gouvernement Charest

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, rencontrait ce matin des représentantes des Médecins québécois pour…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Le gouvernement de la CAQ prépare une profonde transformation en santé et services sociaux. L’actualité nous…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…

Hausse des droits de scolarité

La communauté universitaire dénonce l’arrogance du gouvernement Charest

L’ensemble des acteurs syndicaux et étudiants du milieu universitaire, réunis au sein de la Table des partenaires universitaires (TPU), dénoncent le refus du gouvernement d’ouvrir le dialogue et de négocier avec les étudiants pour trouver un dénouement à la grève.

Malgré une manifestation monstre, voire historique, et les nombreux appuis à la lutte étudiante, le gouvernement continue de faire la sourde oreille et de se cacher derrière les conclusions d’un exercice consultatif bidon pour excuser son entêtement.

Les partenaires universitaires jugent nécessaire de rétablir les faits sur la Rencontre des partenaires du 6 décembre 2010. Cette rencontre, que nous rappelle sans cesse le gouvernement Charest pour expliquer son intransigeance, n’était qu’une mascarade, selon la TPU. Les étudiants n’ont pas été les seuls à claquer la porte. La Table des partenaires a d’ailleurs dénoncé l’orientation idéologique des sujets alors soumis à la discussion.

Les partenaires universitaires n’ont pas pu échanger, comme ils l’espéraient, sur l’avenir des universités et sur leur financement. Il a été également impossible de discuter de l’impact d’une hausse des droits de scolarité sur l’accessibilité aux études supérieures et l’endettement étudiant. Avant même que les discussions ne débutent, les représentants du gouvernement et les recteurs avaient clairement établi que le financement des universités devait passer par une hausse des droits de scolarité et que toute hausse des impôts était exclue.

L’absence d’un véritable dialogue et l’imposition de la hausse des droits de scolarité comme la juste part que doivent payer les étudiants indignent les membres de la TPU. Quant à l’attitude gouvernementale, elle a été clairement édictée par le ministre Bachand qui, au sortir de la rencontre de décembre 2010, affirmait : « Vous vouliez discuter d’autre chose, c’est votre droit, mais l’ordre du jour était clair. » « L’éducation est un droit. Nous refusons d’appliquer à l’université une logique marchande de l’utilisateur-payeur. L’éducation universitaire est un service public qui profite à toute la collectivité », rappellent les membres de la Table.

La TPU réitère son opposition à la hausse des droits de scolarité et exhorte le gouvernement Charest à entamer une négociation avec les étudiants. « D’autres solutions sont possibles, il s’agit de faire les choix politiques qui s’imposent » soutiennent les porte-parole de la TPU.

Par ailleurs, la Table des partenaires universitaires continue de réclamer un vrai débat de fond, sous la forme d’États généraux, consacré à la mission et à l’avenir de l’université québécoise.

La Table des partenaires universitaires regroupe les organisations étudiantes et syndicales suivantes :

l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) : 514-835-2444 le Conseil québécois des syndicats universitaires (CQSU-AFPC) : 514 777-9297 le Conseil provincial du secteur universitaire (SCFP-FTQ) : 819 376-5044 la Fédération des associations étudiantes universitaires du Québec en éducation permanente (FAEUQEP) : 514-917-2324 la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) : 514 396-3380 la Fédération des professionnèles (FP-CSN) : 514 598-2143 la Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche (FPPU) : 819 692-2571 la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) : 514-237-6834 la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) : 843-5953 la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) : la Table des syndicats universitaires (TSU-CSQ) : 514-340-4711 poste 7225

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket