La CSN constate l’existence d’incohérences

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

Décisions budgétaires au fédéral

La CSN constate l’existence d’incohérences

Si la CSN salue le report d’au moins un an du retour à l’équilibre budgétaire au fédéral, annoncé par le ministre Flaherty, du même souffle, elle dénonce l’incohérence du maintien d’une hausse des cotisations à l’assurance emploi et d’une réduction des impôts des entreprises.

« Le gouvernement fédéral devrait mettre de côté sa stratégie de réduction des impôts aux entreprises qui contribue à creuser le déficit. Le gouvernement doit être productif et intervenir adéquatement afin de soutenir l’économie et de maintenir les services publics. Des réductions d’impôts tous azimuts pour les entreprises ne sont pas utiles, il faut des mesures ciblées qui soutiennent réellement l’emploi et la croissance économique. De plus, les nouvelles politiques d’austérité et les coupures massives dans les programmes gouvernementaux constituent un risque d’aggravation de la situation économique et sociale que le fédéral peut éviter, car il peut tolérer une situation de déficit pendant quelques années de plus », estime Pierre Patry.

Assurance emploi La CSN, avec d’autres organisations syndicales, s’est opposée encore récemment à des hausses de la cotisation à l’assurance emploi. Au cours des dernières années, le régime a permis d’accumuler des surplus importants. Ces surplus doivent être capitalisés pour permettre d’établir une réserve de 15 milliards de dollars afin de stabiliser les primes durant les périodes de ralentissement économique, combler les déficits opérationnels annuels et bonifier le programme. Il est impératif qu’une caisse autonome soit constituée et que le programme d’assurance emploi ait fait l’objet d’une révision complète avant qu’une hausse des cotisations puisse être envisagée.

En outre, rappelons que lors des dernières consultations prébudgétaires au fédéral, la CSN a réaffirmé ses demandes afin que des changements soient apportés au régime d’assurance emploi pour améliorer l’accessibilité, augmenter le taux des prestations et abolir le délai de carence.

« Le contexte économique actuel, commande que l’on soutienne les chômeurs et les chômeuses qui perdent leur emploi à la suite de fermetures d’usines, de licenciements individuels ou collectifs causés par les restructurations ou les crises économiques. Les dernières statistiques sur l’emploi montraient que le Canada en avait encore perdu 54 000 », explique Pierre Patry.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket