Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN craint des ruptures de services dans les établissements du réseau public de la santé et des services sociaux

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…
Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…

Loi 21 modifiant le Code des professions

La CSN craint des ruptures de services dans les établissements du réseau public de la santé et des services sociaux

Tout en saluant la nomination du docteur Réjean Hébert comme ministre de la Santé et des Services sociaux, la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) et la Fédération des professionnèles (FP) veulent attirer l’attention sur les risques de rupture de services aux usagers engendrés par l’entrée en vigueur, hier, de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines. Regroupant au-delà de 22 000 professionnel-les et techniciennes et techniciens du réseau public, la centrale syndicale demande une rencontre expresse avec le ministre dans le but de soumettre rapidement des solutions pour éviter le chaos dans la dispensation de services professionnels à la population.

Bien que la CSN reconnaisse le bien-fondé de cette loi, qui vise à contrer le charlatanisme en santé mentale et en relations humaines, elle n’en soulève pas moins certaines inquiétudes quant à la protection du public. Parmi elles, il y a l’interprétation faite par les ordres professionnels et certains établissements de santé et de services sociaux concernant les mécanismes de droits acquis. Elle pourrait entraîner l’exclusion de certains actes réservés du droit de pratique pour nombre de professionnels aguerris et compétents, le tout dans un contexte de pénurie de la main-d’œuvre.

« Dans les faits, c’est tout le contraire de l’objectif recherché par le législateur et les autorités publiques, dont le ministère de la Santé et des Services sociaux et l’Office des professions. On est devant une impasse. Le ministre doit se saisir de ce problème avant qu’il ne dégénère », lance Denise Boucher, vice-présidente de la CSN.

Pour Line Beaulieu, vice-présidente de la FSSS responsable du secteur des techniciens et professionnels, la nouvelle mouture du Code de professions ouvre carrément la porte à l’arbitraire dans les établissements. « Des employeurs ont déjà annoncé leur intention d’inscrire des intervenants à la liste des ordres professionnels alors qu’ils ne satisfont pas aux critères requis par la loi. Pendant ce temps, d’autres choisissent plutôt de retirer à des professionnels des actes et des fonctions pour lesquels ils ont acquis la formation et la compétence, et ce, pendant de nombreuses années. »

Pour Ginette Langlois, vice-présidente de la FP, « La façon d’identifier les personnes qui doivent obtenir un droit acquis de pratiquer certaines activités réservées risque à coup sûr de provoquer plusieurs iniquités entre le personnel professionnel et technique. Certains se verront ainsi obliger d’être inscrits sur le registre d’un ordre sans jamais avoir pratiqué les activités en question. Ce qui n’est pas sans créer une insécurité qui compromet la prestation de services. Et c’est sans compter l’effet démobilisant sur les intervenantes et les intervenants. »

La CSN et ses fédérations souhaitent rapidement une rencontre avec le nouveau ministre de la Santé et des Services sociaux. Pour Denise Boucher, « il ne fait pas de doute que les organisations syndicales doivent être associées à une démarche conjointe avec les différents ordres professionnels et l’Office des professions afin de trouver des solutions concrètes et garantir la prestation de services à la population, ce qui a grandement manqué sous l’ancien gouvernement. »

À propos de la CSN, de la FSSS et de la FP La CSN est une organisation syndicale composée de près de 2000 syndicats qui regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs. La FSSS regroupe près de 130 000 membres dont environ 110 000 œuvrent dans le réseau des établissements publics de santé et de services sociaux. Pour sa part, la FP regroupe environ 8000 membres dont une forte proportion travaille dans les établissements du réseau public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket