Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN demande aux autorités de permettre aux indigné-es d’Occupons Montréal de poursuivre leur campement au square Victoria.

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…

Occupons Montréal

La CSN demande aux autorités de permettre aux indigné-es d’Occupons Montréal de poursuivre leur campement au square Victoria.

À la suite du démantèlement des campements de Québec et de Toronto, et devant le démantèlement imminent de celui de Montréal, la CSN demande aux responsables de la Ville de Montréal et du Service de police de la Ville de Montréal de permettre aux indigné-es de poursuivre leur occupation pacifique et sécuritaire du square Victoria. Depuis le début du campement, les indigné-es ont répondu aux exigences des autorités afin de sécuriser leurs installations et sont en constantes communications avec ces dernières afin d’assurer une occupation pacifique des lieux. Les indigné-es, majeurs et responsables, sont les mieux placés pour juger des dangers qui les guettent. La Ville de Montréal ne peut, de manière unilatérale et paternaliste, prendre les décisions concernant leur sécurité à leur place. En s’indignant contre les abus du système, en dénonçant les inégalités entre les riches et les pauvres, en exigeant que les gouvernements mettent en place des mécanismes de régulation du capitalisme, bref en exigeant que l’économie soit à leur service plutôt que l’inverse, les indigné-es expriment des valeurs chères non seulement à la CSN, mais aussi à l’ensemble de la population. Leur réflexion doit continuer à occuper l’espace public, car elle est primordiale et beaucoup plus importante que les faux prétextes de sécurité invoqués. Les indigné-es doivent donc pouvoir continuer à occuper le square Victoria afin que leur message soit porteur de réel changement.

La CSN, fondée en 1921, regroupe 300 000 membres répartis dans les secteurs privé et public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket