Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN exige des explications

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Critères de sélection sur les contrats navals

La CSN exige des explications

Abasourdis par la décision d’Ottawa de ne rien accorder à Davie Canada, de Lévis, sur l’ensemble des contrats navals de 33 milliards de dollars, le président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN), Paul-André Brulotte, la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras, et le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Alain Lampron, réclament des explications sur les critères précis qui ont mené à l’exclusion du chantier maritime québécois.

Paul-André Brulotte explique : « Nous voulons savoir exactement pour quelles raisons et en vertu de quoi précisément la candidature de Davie a été rejetée. Nous avions les meilleures installations, nous avons construit les plus gros navires, notre situation géographique est exceptionnelle, notre main-d’œuvre est particulièrement aguerrie et compétente, l’entreprise qui possède maintenant Davie a les reins très solides et jouit d’une expertise reconnue en construction navale. Alors, pourquoi sommes-nous exclus ? Nous voulons en connaître les raisons. »

Puisque 60 % de la note finale portait sur les capacités techniques des chantiers, 20 % sur les coûts de chaque proposition, 10 % sur la capacité financière et 10 % sur le rapport qualité/prix, Alain Lampron aimerait également connaître les notes de chaque entreprise, pour chacun de ces items, qui ont soumissionné.

De son côté, Ann Gingras relève que la politique maritime canadienne ne peut prétendre s’avérer équitable quand elle favorise seulement quelques régions du pays. Elle fait par ailleurs siens les propos de l’ex-ministre fédéral des Travaux publics, Michael Fortier, qui a émis l’opinion, hier, que le gouvernement aurait dû établir au départ des règles précisant que les trois grands chantiers canadiens, incluant Davie, participeraient à la relance de l’industrie. Cette façon de faire n’aurait pas eu d’impact sur l’octroi des contrats, mais des ententes auraient été faites entre les chantiers et la Davie aurait pu participer au projet. Il a estimé qu’avec son approche « le gouvernement Harper a décidé que la relance de l’industrie navale ne passait que par deux chantiers ».

Des milliers d’emplois et toute une économie sont affectés par le pactole qui a échappé aux travailleurs québécois.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket