Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN ne se laisse pas intimider par la fermeture d’un magasin

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Syndicalisation dans les Couche-Tard

La CSN ne se laisse pas intimider par la fermeture d’un magasin

      La direction de Couche-Tard a décidé unilatéralement hier soir de fermer l’établissement situé au coin des rues Saint-Denis et Beaubien, à Montréal. Ce dépanneur venait d’être rénové de fond en comble par la compagnie. Ses employé-es ont choisi d’adhérer à la CSN, le14 mars, pour défendre leurs droits. Pour la CSN, il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’un nouveau coup de force de Couche-Tard qui cherche par tous les moyens à intimider les salarié-es qui souhaitent se syndiquer et leur nier un droit fondamental reconnu par la loi.

Le président de la Fédération du commerce de la CSN, Jean Lortie, estime que Couche-Tard fait fausse route en voulant faire pression sur ses employé-es qui demandent le respect. « Se syndiquer, s’unir pour améliorer son sort, c’est un droit au Québec. Il n’y a pas d’exception pour Couche-Tard. Le mécontentement est très important chez les salarié-es, c’est pour ça qu’ils souhaitent se syndiquer. Tôt ou tard, Couche-Tard devra en prendre acte et travailler à de saines relations de travail dans l’entreprise. Le plus tôt elle le fera, le mieux ce sera pour les employé-es comme pour l’entreprise. La négociation des conditions de travail est la voie à suivre et surtout pas la fermeture sauvage d’une succursale rentable. »

Le vice-président de la CSN, Louis Roy, assure que la CSN ne laissera pas tomber sa campagne de syndicalisation pour le respect chez Couche-Tard devant ce coup de force. « Au contraire, cela prouve à quel point Couche-Tard n’a aucune considération pour ses employé-es. Nous parlons ici d’un établissement très rentable, qui vient d’être rénové et, sans aucun préavis, Couche-Tard décide tout à coup d’en faire un exemple pour intimider tous les autres salarié-es de la chaîne qui souhaitent se syndiquer. Nous ne ménagerons rien pour défendre ces travailleuses et travailleurs jusqu’au bout ».

Pour Jean Lortie, l’attitude du président de la compagnie, Alain Bouchard, depuis le début du processus de syndicalisation est des plus douteuses. « Le message qu’il envoie à ses salarié-es c’est : mes profits sur votre dos. Il nie à ses salarié-es leur droit d’améliorer leur sort alors que lui-même s’est versé un salaire de 2,1 millions de dollars, en 2010 ».

Les avocats de la CSN étudient actuellement les recours qui seront entrepris afin de défendre les droits des salarié-es bafoués par la compagnie. La dizaine de salarié-es de ce Couche-Tard, situé au 6430, rue Saint-Denis, devraient recevoir prochainement leur certificat d’accréditation émis par la Commission des relations du travail.

Ce dépanneur Couche-Tard est l’un des quatre établissements syndiqués ou en voie de l’être de la chaîne de dépanneurs. L’entreprise a enregistré des profits de 70 millions de dollars au dernier trimestre. Un premier groupe de salarié-es de l’établissement situé au coin des rues d’Iberville et Jean-Talon ont entrepris la négociation d’une première convention collective dans l’entreprise.

La Fédération du commerce-CSN regroupe plus de 37 000 salarié-es du secteur privé. Quelque 300 000 travailleuses et travailleurs unissent aujourd’hui leurs forces au sein de la Confédération des syndicats nationaux (CSN). La CSN fête cette année son 90e anniversaire.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket