Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN poursuit ses actions

Du même SUJET

La CSN apporte sa contribution

À l’occasion de son 63e Congrès, la CSN a procédé à une collecte qui a permis…

Jean Lacharité élu 2e vice-président

Le président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie, Jean Lacharité, a été élu à…

Louis Roy, nouveau président de la CSN

  > >  Élu par acclamation, Louis Roy devient le nouveau président de la CSN. Devant…

Du 15 au 20 mai sur le thème du REnouvellement

C’est sur le thème du renouvellement que se déroulera, du 15 au 20 mai prochain, le…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

La CSN poursuit ses actions

Lors du 63e Congrès de la CSN, les délégué-es ont adopté, en question de privilège, une proposition pour réitérer une demande au gouvernement du Québec pour moderniser les dispositions anti-briseurs de grève afin qu’elles reflètent les réalités technologiques du monde du travail et pour interdire spécifiquement le recours aux bénévoles. Ainsi, il est demandé à tous les syndicats de la CSN d’écrire une lettre au premier ministre, Jean Charest, pour que son gouvernement agisse en ce sens. « Il ne faut surtout pas oublier l’odieux lock-out déclenché par la direction du Journal de Montréal qui a mis en lumière les faiblesses des dispositions anti-briseurs de grève. Pour la CSN, il est primordial de poursuivre cette bataille. Le gouvernement doit cesser de faire la sourde oreille et agir. Il ne peut se faire le représentant d’une loi qui crée un déséquilibre des forces en présence lors d’un conflit de travail, et ce, à l’encontre de l’esprit de la loi telle qu’adoptée », d’affirmer Claudette Carbonneau, présidente de la CSN. À l’heure du Web et des médias sociaux, il est anachronique que la notion d’établissement renvoie strictement à des notions d’adresse civique et de lieu physique. « Faire fi de cela, c’est abandonner de plus en plus de travailleuses et de travailleurs, mais aussi traiter différemment les entreprises, de soutenir la présidente de la CSN. Il est aussi inacceptable que de supposés bénévoles viennent déséquilibrer le rapport de force lors des conflits. De tels stratagèmes ont été trop utilisés, par exemple dans les hôtels, et récemment au cimetière Le Repos Saint-François d’Assise. Il s’agit là d’une façon éhontée de contourner la loi », de déclarer Claudette Carbonneau.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket