Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La direction du Cégep de Sherbrooke cherche l’affrontement

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

La direction du Cégep de Sherbrooke cherche l’affrontement

Le Syndicat du Personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke-CSN réagit avec colère à la décision de la direction du cégep de couper de dix minutes les salaires des enseignantes et des enseignants, à la suite d’un piquetage effectué le 4 mai dernier en matinée. « C’est un manque de vision de la direction du cégep. Cette décision aura un impact très négatif sur les relations de travail », a affirmé Mme Diane Lafrance, présidente du Syndicat. Il faut savoir que les enseignantes et les enseignants ont repris ce dix minutes dans la même journée, et ce, de différentes façons, comme une pause de dix minutes en moins de sorte que le travail a été effectué. Selon Mme Lafrance « le message était destiné à la Fédération des cégeps et au gouvernement quant à la lenteur des négociations et la direction du cégep ne semble pas avoir compris cela. » Le président du Conseil central de l’Estrie, M. Jean Lacharité s’interroge : « Est-ce que ce mot d’ordre de réduction de salaires absurde ne viendrait-il pas de la Fédération des cégeps et de son directeur général, M. Gaétan Boucher ? » Ce qui est certain, c’est que la direction du Cégep de Sherbrooke fait preuve d’un manque de discernement total, ce qui va entraîner à coup sûr, une tension importante dans les relations avec le syndicat. « Si la Fédération des cégeps cherche un affrontement avec les enseignantes et les enseignants des 59 cégeps syndiqués au Québec, les enseignantes et les enseignants des cégeps se tiendront debout  », s’est exprimé M. Jean Lacharité. Le syndicat va déposer un grief pour contester cette mesure.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket