Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La FNEEQ-CSN dénonce la logique des compressions

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

Crédits budgétaires

La FNEEQ-CSN dénonce la logique des compressions

La présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), Caroline Senneville, exprime sa profonde inquiétude quant aux impacts sur les services qu’auront les compressions annoncées en enseignement supérieur.

« Il faut noter que les annonces des crédits budgétaires, bien qu’ils prévoient une hausse du budget du ministère de l’Enseignement supérieur, représentent en fait des compressions supplémentaires pour le réseau collégial. Les sommes qui y sont prévues ne couvrent en effet même pas les coûts de système. « Les cégeps ont dû composer avec des compressions au cours des dernières années et leur demander un effort supplémentaire viendra assurément affecter leur capacité à remplir leur mission éducation », estime la présidente de la FNEEQ.

En outre, elle s’indigne particulièrement du fait que, selon la Fédération des cégeps, les sommes prévues ne suffiront pas à couvrir les coûts additionnels engendrés par le conflit étudiant. « Nous sommes parvenus à une entente avec le Comité patronal de négociation des collèges afin de mettre en place les conditions nécessaires à la reprise des cours et à la réussite des étudiantes et des étudiants. Nous avons la ferme intention de faire respecter les ententes conclues de bonne foi », ajoute-t-elle.

Par ailleurs, en ce qui concerne les universités, Mme Senneville indique qu’il est déplorable que les compressions s’appliquent de façon rétroactive. Il est surtout ironique de constater que ces annonces surviennent alors que nous sommes engagés dans une démarche de discussions sur l’avenir de l’enseignement supérieur au Québec. « Pour la FNEEQ, il aurait été plus sage de profiter de la démarche de consultation mise en place par le ministère pour analyser la situation financière des universités et donner l’occasion aux partenaires de contribuer à la réflexion. Une telle façon de faire aurait permis d’assurer la crédibilité à un processus dorénavant mis à mal par cette annonce », conclut Mme Senneville.

Profil de la FNEEQ La FNEEQ-CSN regroupe quelque 33 000 membres. Elle compte, entre autres, 85 % des profs dans les cégeps, soit 17 000 enseignantes et enseignants dans le réseau collégial public et des membres des syndicats dans une douzaine d’institutions universitaires, dont 9 syndicats de chargées et chargés de cours, le Syndicat des tutrices et des tuteurs de la Télé-Université, l’Association des étudiants salariés diplômés de l’Université McGill et les chargées et chargés d’enseignement de l’ÉTS. Elle est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket