Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La FNEEQ–CSN dénonce l’ingérence de l’Ontario dans la négociation collective à l’Université York

Du même SUJET

McGill doit relancer son Conservatoire de musique

McGill doit relancer son Conservatoire de musique

C’est avec consternation que le Syndicat des chargé-es de cours et des instructeurs-trices de McGill a…
Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) est d’avis que les amendements…
PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

Dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi sur la liberté académique dans…
UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

Réunis en assemblée générale jeudi, les membres du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM…
La FP–CSN salue les grandes orientations du rapport, mais estime qu’il manque des précisions importantes

La FP–CSN salue les grandes orientations du rapport, mais estime qu’il manque des précisions importantes

La Fédération des professionnèles de la CSN (FP–CSN), qui représente 1500 professeurs du réseau universitaire, salue…
Les recommandations doivent rapidement être mises en place par la ministre Danielle McCann

Les recommandations doivent rapidement être mises en place par la ministre Danielle McCann

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN), qui représente 85 % des chargées…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

La FNEEQ–CSN dénonce l’ingérence de l’Ontario dans la négociation collective à l’Université York

Le gouvernement de l’Ontario se prive d’une occasion d’améliorer les conditions d’enseignement à l’Université York en légiférant pour mettre fin à la grève des chargé-es de cours et des auxiliaires de l’enseignement, selon Ronald Cameron, président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (CSN).

« Au lieu d’une loi spéciale, l’Ontario devrait trouver des solutions aux causes de la grève de la section locale 3903 du Syndicat canadien de la fonction publique à l’Université York, a dit M. Cameron. Ces mêmes conditions sont d’ailleurs présentes dans les campus partout au Canada. »

Richard Hink, président de l’Association des étudiantes et étudiants diplômés employés de McGill (AEEDEM), note que les étudiantes et les étudiants dans les universités canadiennes reçoivent leur enseignement autant de chargés de cours ou d’autres étudiants travaillant comme auxiliaires de l’enseignement que par des professeurs titulaires.

« Ces groupes sont devenus un bassin de cheap labourdans le secteur postsecondaire, a dit M. Hink. Pourtant, ils font le même travail que leurs homologues titulaires et ils méritent un meilleur traitement de leurs employeurs. »

L’AEEDEM, affiliée à la FNEEQ, représente les auxiliaires de l’enseignement à l’Université McGill. Pendant 11 semaines, le printemps dernier, les 2000 membres du syndicat ont fait une grève pour de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.

La vice-présidente de la FNEEQ, Marie Blais, constate que la situation à l’Université York est similaire à celle des campus du Québec, où un grand nombre de chargés de cours « temporaires » ont enseigné pendant 10 à 25 ans, sans sécurité d’emploi ou reconnaissance de leurs contributions à l’université.

« Des gens qui passent leur carrière dans un seul établissement devraient bénéficier de conditions de travail stables et prévisibles, a-t-elle déclaré. S’il ne s’intéresse pas à ce problème, le gouvernement de l’Ontario ne réglera rien en s’ingérant dans le processus de négociation à l’Université York. »

Enfin, le syndicat de McGill dénonce la répression policière sauvage lors de la manifestation paisible des grévistes de York, mardi, à l’Assemblée législative ontarienne. « Les arrestations violentes de manifestantes et de manifestants calmes et pacifiques sont le miroir de l’arrogance démontrée par l’administration de l’Université York envers ses employés lors de ces négociations. Avec la complicité du gouvernement ontarien, l’employeur a démontré de la mauvaise foi depuis le début de ce conflit », a commenté Richard Hink.

M. Hink observe que l’Université York a choisi d’interrompre tous les cours — et non pas seulement ceux dispensés par les chargés de cours ou par les auxiliaires de l’enseignement — quand la grève a été déclenchée, il y a 12 semaines. « Encore une fois, une administration universitaire sévit contre les étudiants pour faire pression sur ses employés », a commenté Richard Hink.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket