L’Alliance sociale demande un vrai débat sur le financement des universités

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Étude sur la précarité financière des étudiants

L’Alliance sociale demande un vrai débat sur le financement des universités

L’étude dévoilée aujourd’hui par la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) sur les conditions de vie et d’études des étudiants de 1er cycle au Québec est claire : l’étudiant type est dans une situation financière précaire. La moitié des étudiantes et des étudiants gagne moins de 12 000 $ par année. Même s’ils travaillent plus de 15 heures par semaine, ce qui met la réussite de plusieurs en péril, les étudiants sont aux prises avec un manque à gagner de près de 3000 $ par année. Cette étude, la plus vaste jamais réalisée, montre que 70 % des étudiants à temps plein s’endettent. Près de 25 % d’entre eux estiment que leur dette d’étude atteindra 20 000 $. La précarité financière demeure le principal motif d’abandon. C’est pourquoi l’Alliance sociale appuie les fédérations étudiantes pour que le gouvernement du Québec fasse de l’accessibilité aux études une priorité nationale. Pour l’Alliance sociale, et selon toutes les études sérieuses à ce sujet , toute nouvelle hausse des frais de scolarité ne peut qu’engendrer une baisse du taux de diplomation privant le Québec d’une main-d’œuvre essentielle. Lorsqu’on sait que 70 % des nouveaux emplois créés d’ici 2015 nécessiteront un diplôme d’études postsecondaires, et que pour chaque dollar investi en éducation, cinq reviendront dans les coffres de l’État, l’accessibilité aux études supérieures est incontournable. Lors de la rencontre économique de Lévis en janvier dernier, un large consensus avait émergé sur le fait que l’éducation devait être LA grande priorité. Or, dans le budget qui a suivi, le ministre des Finances, Raymond Bachand, s’est hâté d’annoncer l’intention du gouvernement de poursuivre la hausse des frais de scolarité à compter de 2012. Rappelons qu’en avril dernier, le conseil général du PLQ a adopté une résolution qui vise à ce que les droits de scolarité universitaire au Québec rejoignent la moyenne canadienne (qui est d’environ 5000 $ par an) et varient selon les programmes. Des conclusions connues d’avance Avec l’augmentation des droits de scolarité, le gouvernement place ses partenaires devant un fait accompli. La rencontre des partenaires de l’éducation convoquée par la ministre de l’Éducation Line Beauchamp, le 6 décembre prochain et qui a pour thème : L’avenir des universités et leur contribution au développement du Québec, confine les participants à un cul-de-sac. Le questionnaire soumis par la ministre l’illustre parfaitement : on demande aux partenaires comment diversifier le financement des universités sans hausser les impôts et d’identifier les principes devant guider la hausse des frais de scolarité. Les conclusions sont connues d’avance. L’Alliance sociale réclame un véritable débat public où toutes les solutions seront abordées.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023