Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

L’arbitrage des premières conventions collectives accordé aux sections locales de Saint-Liboire et de Saint-Hubert

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

La CSN célèbre un an de détermination des employé-es syndiqués de Couche-Tard

L’arbitrage des premières conventions collectives accordé aux sections locales de Saint-Liboire et de Saint-Hubert

Les syndiqué-es des magasins Couche-Tard ont annoncé, aujourd’hui, des avancées majeures qui ont été réalisées au cours des dernières semaines dans la lutte pour leur droit à la syndicalisation. Ils ont livré un message d’espoir aux employé-es des autres succursales non syndiquées du Québec malgré une fermeture sauvage, il y a un an, du magasin à l’angle des rues Saint-Denis et Beaubien.

Les anciens employés de ce magasin ne baissent pas les bras. Couche-Tard a fermé la succursale dans la nuit du 6 avril 2011 à la suite de l’accréditation de leur syndicat. Ce midi, devant le bâtiment toujours barricadé, ils ont célébré leur détermination et les nombreux appuis qu’ils reçoivent de la population. Ils ont fait une fête pour saluer leurs anciens clients.

« Alimentation Couche-Tard voulait nous faire peur en fermant notre succursale, a lancé Laurent De Gagné-Plamondon, un ancien employé du magasin et vice-président du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Couche-Tard de Montréal et de Laval-CSN. Mais, la compagnie n’a pas réussi ! »

« Nous continuons la bataille pour notre droit fondamental à nous syndiquer devant la Commission des relations du travail. Les audiences se poursuivent la semaine prochaine. Et, en regardant dans les autres succursales syndiquées, nous constatons que c’est gagnant de s’unir afin de faire valoir nos revendications. »

La négociation Pour David Bergeron-Cyr, vice-président de la Fédération du Commerce – CSN, l’état des négociations à la succursale de Saint-Liboire (près de Saint-Hyacinthe) démontre l’avantage de la syndicalisation chez Couche-Tard.

Le ministère du Travail a récemment accordé l’arbitrage afin d’y imposer une première convention collective. L’arbitre Jacques Doré a été nommé par le ministère dans une étape cruciale pour protéger l’accréditation syndicale.

Hier, la CSN a appris qu’un autre arbitre sera nommé afin de trancher sur la première convention collective à la succursale syndiquée de Saint-Hubert.

« Nos membres à Saint-Liboire et à Saint-Hubert vont avoir une convention collective, a déclaré David Bergeron-Cyr. Ils auront des règles de travail claires et des conditions de travail supérieures aux autres magasins Couche-Tard non syndiqués. »

Avant de demander l’arbitrage pour la section locale de Saint-Liboire, le syndicat a obtenu, à la table de négociation :

• La protection des horaires des employé-es à temps plein, ce qui veut dire que Couche-Tard ne peut modifier l’horaire des travailleurs sans leur consentement; • Le respect de l’ancienneté; • Un mécanisme transparent et équitable pour accorder des vacances et des congés; • Un engagement de l’employeur, lorsqu’un employé tombe malade, à lui trouver un remplaçant (actuellement, c’est la responsabilité de l’employé); • Un comité paritaire des relations du travail.

Deux enjeux majeurs restent en litige et seront réglés par l’arbitre : les augmentations de salaire et les échanges de quart de travail entre les employé-es. Cette dernière pratique sera éliminée dans tous les magasins au Québec, selon l’employeur.

C’est encore une autre raison pour signer une carte syndicale de la CSN, a noté Jean Lacharité, vice-président de la CSN et le responsable de la syndicalisation au comité exécutif de la centrale.

« Aucun employeur ne peut tenter d’intimider les travailleuses et les travailleurs s’ils décident de se syndiquer, a souligné Jean Lacharité. À maintes reprises, Couche-Tard n’a pas respecté les lois du travail du Québec, entre autres, en ayant fermé cette succursale il y a un an. C’est le temps qu’Alimentation Couche-Tard devienne un bon citoyen corporatif ! »

Jean Lacharité a conclu en invitant les autres travailleuses et travailleurs de Couche-Tard de demander l’aide de la CSN afin de fonder leur propres syndicats. « Nous allons défendre votre droit de vous syndiquer, malgré ce que votre employeur vous dit ou vous fait signer. Vous avez le droit d’améliorer vos conditions de travail en vous joignant à un syndicat CSN, et ce n’est pas Couche-Tard qui peut vous l’enlever. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket