Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN demande la tenue d’une enquête publique et indépendante

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Le comportement policier pendant la grève étudiante et lors des manifestations d'appui à celle-ci

Le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN demande la tenue d’une enquête publique et indépendante

Les récentes informations dévoilées par les médias concernant le comportement brutal de la policière Stéphanie Trudeau, communément appelée matricule 728, du Service de police de la Ville de Montréal, confirment la nécessité d’instituer une enquête publique et indépendante sur le comportement des policiers pendant la grève étudiante.

Pour le président du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN), Gaétan Châteauneuf, « il faut agir promptement afin de mettre fin à ces agissements et d’éviter que d’autres événements ne surviennent et qui viendraient s’ajouter à la longue liste des conduites malheureuses des policiers ». M. Châteauneuf est catégorique : « nous avons été témoins de nombreux gestes de brutalité policière absolument injustifiés et nous estimons que seule une enquête permettra de faire la lumière sur les raisons de ces dérives sécuritaires et pourra aider à reconstruire la confiance des citoyennes et des citoyens envers les autorités publiques ».

Le CCMM-CSN a dénoncé à maintes reprises le comportement violent et provocateur de la police lors de la grève étudiante et des manifestations d’appui qui l’ont accompagnée. Un des moments les plus marquants et désolants est certes celui s’étant déroulé à Victoriaville, le 4 mai, lors d’une instance du Parti libéral et durant laquelle plusieurs personnes ont été blessées gravement. Malheureusement, le Québec a été le théâtre de nombreux autres incidents tout aussi tragiques ces derniers mois. Au total, plus de 3 300 personnes ont été arrêtées, dont un grand nombre ont été détenues sans aucun motif, fouillées et humiliées simplement pour s’être trouvées sur les lieux d’une manifestation.

« Nous joignons notre voix à celles de nombreuses organisations et personnalités qui exigent la tenue d’une enquête publique et indépendante sur cet épisode peu reluisant dans l’histoire de la sécurité publique québécoise », a insisté M. Châteauneuf. Le CCMM-CSN a d’ailleurs fait parvenir à la première ministre du Québec, Pauline Marois, une lettre afin qu’une telle enquête soit instituée.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket