Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le démantèlement des sociétés publiques n’est pas la solution

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…

Transport en commun

Le démantèlement des sociétés publiques n’est pas la solution

C’est avec réserves que la CSN accueille le rapport sur les transports émis cette semaine par le Centre sur la productivité et la prospérité de l’École des hautes études commerciales (HEC). Pour la confédération, les partenariats public-privé préconisés par les auteurs de cette étude ne peuvent à eux seuls garantir des gains en productivité et une réduction des tarifs dans le secteur du transport en commun.

« Nous sommes heureux de constater que cette étude confirme nos propres prétentions : la privatisation du transport en commun au Royaume-Uni fut catastrophique pour les usagers et les contribuables, souligne Denis Marcoux, président de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN). Quant au système de « concurrence contrôlée » étudié en Scandinavie, il est dommage que les auteurs demeurent silencieux sur un impact important qu’ils reconnaissent eux-mêmes, soit la baisse de l’accessibilité et de la qualité des services aux usagers. »

Pour la CSN, la présence de sous-traitants privés, privilégiant d’abord et avant tout la rentabilité et les profits, ne peut avoir qu’un impact négatif sur la qualité des services et l’entretien des infrastructures de transport.

« Le Québec a déjà tenté la voie des partenariats privé-public dans le transport en commun, rappelle Gaétan Châteauneuf, président du Conseil central du Montréal métropolitain (CSN). Lorsque les sociétés de transport de Montréal, de Québec et de Longueuil ont sous-traité l’entretien de leurs autobus à la firme Kéolis, les effets ont été dévastateurs. Les façons de faire utilisées par cette multinationale, loin d’être adaptées à la réalité québécoise, ont été catastrophiques pour les conditions mécaniques de nos flottes. Les contrats ont dû être résiliés et cette expérience malheureuse a coûté des millions de dollars aux contribuables. »

« Seule une gestion globale des infrastructures, de la planification à la dispensation des services, favorise les économies d’échelle et la qualité des services rendus à la population, poursuit M. Marcoux. Les auteurs de l’étude reconnaissent eux-mêmes la compétence et l’efficience du secteur public en matière de transport. Mais il faudrait aujourd’hui démembrer nos sociétés de transport, et toute l’expertise publique développée au fil des années, pour laisser quelques conglomérats privés faire des profits en sabrant la qualité et l’accessibilité des services ? Dans le contexte actuel, nous ne sommes pas de cet avis. »

La FEESP-CSN représente plus de 4000 salarié-es dans le secteur du transport. Le Conseil central du Montréal métropolitain regroupe environ 100 000 membres dans la région du Grand Montréal. Fondée en 1921, la CSN rassemble 300 000 membres, et ce, tant dans les secteurs public que privé.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket