Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le Front commun cherche encore et toujours un règlement négocié

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Le Front commun cherche encore et toujours un règlement négocié

À l’issue d’une rencontre visant à faire le point sur les négociations en cours, les porte-parole du Front commun, Dominique Verreault, du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), Claudette Carbonneau, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et Michel Arsenault, de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), constatent avec déception que le blitz de négociation proposé par la présidente du Conseil du trésor n’a pas donné les résultats escomptés.

« Quand la ministre a annoncé un blitz de négociation, nous y avons cru et tous nos comités de négociation se sont mis à l’œuvre. Malheureusement, rapidement au cours de la fin de semaine passée, nous n’avons pas senti la même ouverture du côté des comités patronaux, mais nous avons décidé de persévérer pour faire avancer la négociation », a déclaré Dominique Verreault.

« Des irritants majeurs persistent particulièrement pour les secteurs de la santé et des services sociaux, mais également pour ceux de l’éducation et de la fonction publique. Afin de laisser toute la chance à un règlement négocié, le Front commun souhaite donc poursuivre la négociation et il fera des propositions en ce sens aux parties patronales », a affirmé Claudette Carbonneau.

Les organisations syndicales s’étaient donné jusqu’au début du mois d’avril pour conclure des ententes satisfaisantes, mais elles décident de tenter une ultime chance pour y arriver. « Au plus tard le 20 avril, si des ententes sectorielles ne sont toujours pas envisageables, nous déposerons des demandes de médiation dans le but de rapprocher les parties d’un règlement final », a conclu Michel Arsenault.

Revendications

Le Front commun revendique la protection du pouvoir d’achat (inflation) des 475 000 travailleuses et travailleurs qu’il représente, ainsi qu’un rattrapage salarial par rapport au secteur privé où les salaires sont plus élevés d’environ 7,7 %.

Par ailleurs, les organisations syndicales regroupées au sein du Front commun souhaitent apporter des solutions concrètes aux problèmes criants de main-d’œuvre qui pénalisent nos services de santé et sociaux, d’éducation ainsi que la fonction publique.

Le Front commun réunit tous les grands syndicats présents dans les secteurs public et parapublic, soit les organisations regroupées au sein du SISP (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), de la CSN (FSSS, FEESP, FNEEQ et FP) et de la FTQ (SCFP, SQEES, SEPB et UES).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket