Le gouvernement du Parti Québécois fera porter l’odieux de ses décisions sur les enfants et les parents

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

Avenir des commissions scolaires

Le gouvernement du Parti Québécois fera porter l’odieux de ses décisions sur les enfants et les parents

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) déplore le bras de fer engagé par le gouvernement avec la Fédération des commissions scolaires du Québec, dont l’issue pourrait signifier encore de nouvelles compressions. Déjà, les coupes de 88 millions de dollars en 2012 et la fin du régime de péréquation n’auguraient rien de bon pour un réseau grandement affaibli par quatre années d’austérité touchant tous les services (entretien, transport scolaire, services spécialisés, etc.). L’annonce de la mise sur pied d’un comité d’experts chargé de trouver des solutions, mais dont seraient exclues les commissions scolaires n’est pas acceptable. C’est dans le cadre d’un débat public, auquel on associera aussi les principales intéressées, que les solutions doivent être trouvées. « Soyons clairs : la CSN est favorable à la transparence de la gestion des commissions scolaires de même qu’à la modernisation de son fonctionnement », a déclaré d’entrée de jeu madame Denise Boucher, vice-présidente de la CSN. « Pour cela, il est plus que temps qu’un nouveau pacte fiscal soit établi entre le gouvernement et les commissions scolaires afin d’assurer la pérennité du système public d’éducation, la qualité des services aux élèves et la qualité du milieu de vie du personnel », insiste-t-elle.

« Mais à quel jeu le gouvernement Marois joue-t-il? » poursuit madame Boucher, indignée de l’insensibilité flagrante du gouvernement du Québec qui se fait donneur de leçons, alors que depuis quatre ans les commissions scolaires ont subi des compressions de près de 650 M$. « Du côté du gouvernement, c’est l’improvisation depuis le début dans ce dossier… et encore une fois le dogme du déficit zéro l’emporte sur la qualité des services à la population », martèle la leader syndicale.

Il faut le rappeler : les commissions scolaires sont créatrices d’emplois, surtout en région, en plus d’être les gardiennes de l’égalité des services pour les enfants présentant des troubles d’apprentissage. « En sous-finançant le système public d’éducation, le gouvernement du Québec contribue à son affaiblissement », a conclu madame Boucher, en rappelant que le Parti québécois s’était engagé aux dernières élections à augmenter le nombre de professionnel-les et d’employé-es de soutien dans les écoles afin de répondre aux élèves ayant des besoins particuliers ou rencontrant des difficultés.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket