« Le gouvernement libéral a-t-il oublié le conflit de travail ? »

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

Une autre entrevue de la ministre Courchesne au Journal de Montréal en lock-out

« Le gouvernement libéral a-t-il oublié le conflit de travail ? »

Les 253 lock-outés du Journal de Montréalse demandent si les membres du gouvernement libéral se souviennent qu’ils vivent un conflit de travail depuis plus de 16 mois. Alors que le premier ministre Charest avait annoncé, peu après le 24 janvier 2009, que les membres de son cabinet demeureraient « neutres » durant le conflit, en n’accordant aucune entrevue au quotidien en lock-out et à RueFrontenac.com, voilà que la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, se commet une fois de plus.   « Les ministres semblent respecter davantage la consigne de leur chef à l’égard de RueFrontenac qu’ils ne le font avec ceux qui font le travail à notre place depuis que nous avons été jetés sur le trottoir, a dénoncé Raynald Leblanc, président du Syndicat des travailleurs de l’information du Journal de Montréal (STIJM–CSN). Ils ne semblent pas prendre en compte que le conflit au Journal de Montréalest le plus long de l’histoire de la presse écrite au Québec, avec 495 jours, à ce jour. « En continuant d’accorder des entrevues au Journal, ils contribuent à faire perdurer le conflit, nous privant de notre travail, ils donnent de la crédibilité à un quotidien produit sans salariés au sens du Code du travail et ils participent à donner l’illusion à la population que les choses tournent normalement au 4545, rue Frontenac. » Dans l’édition d’hier du Journal de Montréal, la ministre Courchesne donne du crédit à un article écrit par un cadre sur le travail des enseignantes et des enseignants. Elle avait agi de la même façon l’année dernière, allant à l’encontre de la consigne du premier ministre Charest. « Le travail des enseignants doit certainement être reconnu, mais il doit bien exister d’autres moyens que de le faire dans les pages d’un journal qui a cavalièrement cadenassé les employés qui ont directement contribué à son succès, a poursuivi le président du STIJM. Elle pourrait profiter des négociations avec le front commun pour relever leurs salaires, par exemple. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket