Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le gouvernement manque de courage

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…
Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Alors que la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, amorce son mandat, la Fédération nationale…
Une autre grève générale illimitée possible au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Une autre grève générale illimitée possible au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Lors d’une assemblée générale qui s’est tenue ce lundi soir, les membres du Syndicat des travailleuses…
Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) et le personnel de bureau d’Urgences-santé œuvrent dans l’ombre…
Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Ce jeudi 17 novembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives nationales…

« Écoles passerelles »

Le gouvernement manque de courage

La présidente de la CSN dénonce le projet de loi no 103 dévoilé aujourd’hui par le gouvernement Charest pour répondre au jugement de la Cour suprême qui a invalidé la loi 104 sur les « écoles passerelles ». Pour la centrale syndicale, faire passer le délai de fréquentation d’une école anglophone privée non subventionnée d’un à trois ans pour permettre l’accès à l’école anglaise ne change en rien le fait qu’il s’agit toujours d’un privilège. Et ce n’est pas le coût plus élevé et l’ajout d’un certain nombre de critères d’évaluation qui décourageront les parents fortunés à acheter ce droit constitutionnel pour leurs enfants. « La passerelle est simplement un peu plus longue et un peu plus difficile à franchir. Il demeure totalement inadmissible qu’on permette à des individus de se payer le privilège de contourner une loi qui protège la cohésion sociale et la culture collective des Québécoises et des Québécois », affirme la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau. Tout comme le Conseil supérieur de la langue française, la CSN croit qu’on ne peut accepter par le biais de subterfuges le droit d’acheter l’enseignement en anglais pour ses enfants et ses descendants. La CSN appuie le récent avis de l’organisme qui privilégie la voie politique plutôt qu’administrative. Dans cet avis, les juristes consultés par le Conseil ont indiqué que le recours à la clause dérogatoire ne serait pas nécessaire. Pourquoi le gouvernement agite-t-il cette éventualité comme un épouvantail ? Il n’est pas question ici de suspendre les droits de certains.   « L’assujettissement des écoles privées non subventionnées à la loi 101 rendrait la situation claire. Que ce soit pour baliser les accommodements raisonnables ou encadrer l’accès à l’école anglaise, le gouvernement manque de courage politique », estime Claudette Carbonneau. La CSN s’indigne que le gouvernement dépose un projet de loi aussi important à la toute fin de la session parlementaire et tout près des délais d’application du jugement de la Cour suprême tentant d’étouffer le débat public. « Nous accueillons favorablement les mesures de renforcement du français, mesures qui auraient dû être annoncées bien avant aujourd’hui. Malheureusement, le gouvernement semble vouloir nous faire passer le goût amer de son projet de loi avec une cuillerée de miel. En tolérant des échappatoires, on revient au libre choix linguistique qui existait avant la charte. Il ne peut y avoir deux classes d’immigrants, ceux qui contournent la loi, souvent plus fortunés, et ceux qui la respectent. Tous les établissements d’enseignement primaire et secondaire devraient être assujettis à la Charte de la langue française », de conclure la dirigeante syndicale.   La CSN représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket