Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le livre de la tournée « Faut qu’on se parle »

Du même SUJET

La planète s’invite au Québec

La planète s’invite au Québec

Nous sommes le changement et ce changement arrive, que vous l’aimiez ou non – Greta Thunberg…
La plus grande manifestation de l'histoire du Canada

La plus grande manifestation de l'histoire du Canada

Photos : Dominic Morissette et Patrick Sicotte Un demi million de personnes ont manifesté dans les…
Le monde syndical et Oxfam-Québec unis pour le climat

Le monde syndical et Oxfam-Québec unis pour le climat

Les membres du collectif La Planète s’invite au travail et Oxfam-Québec appellent la population à la…
Syndicats unis pour une transition juste

Syndicats unis pour une transition juste

Nous refusons de faire l’autruche. La crise climatique est bien réelle. Elle est la conséquence d’une…
Du pain sur la planche pour les trois prochaines années

Du pain sur la planche pour les trois prochaines années

Lors du 28e congrès du Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine–CSN (CCGÎM) qui s’est…
Le CCGIM revendique des structures de concertation élargies

Le CCGIM revendique des structures de concertation élargies

Dans le cadre d’une journée de réflexion portant sur les enjeux économiques liés au transport, le…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

À la librairie

Collectif, Lux, 2017, 224 pages
Collectif, Lux, 2017, 224 pages

Le livre de la tournée « Faut qu’on se parle »

Un vent nouveau souffle sur le Québec ces jours-ci. Nous sommes nombreux à le sentir, et c’est heureux. C’est à l’automne dernier que s’est annoncée l’aventure Faut qu’on se parle, telle une bouffée d’air frais qui allait réchauffer les cœurs québécois : un collectif (Aussant, Côté, Labrecque-Saganash, Lanctôt, Mayrand, Nadeau-Dubois, Prosper, Vadeboncœur, et autres) souhaitait « délier » les langues pour permettre le dialogue sur ce qui nous lie et nous unit, pour jaser de notre bien commun. L’appel à la forme impérative s’inspire de « cette injonction douce mais sérieuse qu’on adresse à nos aimés quand la situation mérite une vraie grosse mise au point ». En effet, il faut aimer le Québec et avoir confiance en son peuple pour proposer une démarche qui interpelle si intimement ses concitoyens.

Le collectif a imaginé une action fort simple, rassembleuse et un brin audacieuse : mobiliser les communautés, dans leur coin de pays, les faire se réunir pour débattre, ensemble, des grandes questions qui occupent souvent l’espace public, alors que jamais le monde ordinaire n’y est convié. Ainsi, près d’une vingtaine de consultations publiques en milieu urbain, des assemblées de cuisine ou de salon — surtout en région, se sont tenues. En guise de balises, dix questions-thèmes pour circonscrire et animer les échanges. Vous les connaissez, elles sont au cœur de nos préoccupations : démocratie, économie, région, éducation, Premiers peuples, santé, climat, etc. Vous le savez maintenant, la démarche a été un franc succès et la réponse a largement dépassé les attentes. Aujourd’hui, la publication du livre-bilan Ne renonçons à rien donne une idée de la teneur des débats et des propositions soumises. Mais son grand intérêt est ailleurs : l’expérience semble confirmer l’hypothèse émise par le collectif selon laquelle le peuple québécois a soif de s’impliquer pour changer les choses, et pour le mieux, qu’il a des solutions de remplacement à ce qui est décidé par nos gouvernements.

L’ensemble de l’initiative avait l’ambition de réconcilier citoyen-espace public et politique, de « créer du sens, mais surtout du mouvement ». Parions qu’on réclame déjà de renouveler l’expérience, tant celle-ci a touché l’essentiel pour remettre en phase les Québécoises et Québécois, et leur devenir. Ne renonçons à rien… sauf au cynisme.

Pour commander : librairie@csn.qc.ca

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket