Les chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais veulent de meilleures conditions de travail

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Alors que la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, amorce son mandat, la Fédération nationale…
L’éducation et l’enseignement supérieur seront-ils vraiment la « priorité des priorités » ?

L’éducation et l’enseignement supérieur seront-ils vraiment la « priorité des priorités » ?

La CSN accueille avec prudence la nomination de Bernard Drainville au ministère de l’Éducation et de…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
McGill doit relancer son Conservatoire de musique

McGill doit relancer son Conservatoire de musique

C’est avec consternation que le Syndicat des chargé-es de cours et des instructeurs-trices de McGill a…
Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) est d’avis que les amendements…

Les chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais veulent de meilleures conditions de travail

Les chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais veulent de meilleures conditions de travail

À l’occasion de l’assemblée générale des chargé-es de cours de l’Université du Québec en Outaouais tenue le 30 octobre dernier, les membres ont donné le mandat à l’unanimité à leur comité de négociations pour exercer des moyens de pression pouvant inclure la grève au moment jugé opportun.

Rappelons que la convention collective est échue depuis le 31 mai dernier. Malgré le fait qu’ils enseignent plus de 62 % des cours de 1er cycle à l’UQO, ce sont les membres du personnel de l’institution qui ont les pires conditions tant sur au plan du travail qu’en ce qui concerne les avantages sociaux (assurance-salaire, congés de maternité et de maladie, régime de retraite, etc.).

Les chargé-es de cours exigent aussi des protections quant à la façon dont la reingénierie de l’État pourra être appliquée à l’Université en ce qui a trait particulièrement aux sous-contrats ou à la possibilité de créer de nouveaux statuts d’emploi.

« Par exemple, nous ne disposons pas de suffisamment de bureaux pour pouvoir encadrer convenablement les étudiantes et les étudiants de l’université. En éducation, nous sommes rendus à un bureau pour 120 personnes. C’est ce qui explique que nous rencontrons souvent nos étudiants à la cafétéria ou dans les corridors. Cette situation est inacceptable pour les personnes chargées de cours. Devrons-nous exiger dorénavant que nos bureaux soient conventionnés ? », a indiqué la présidente du syndicat, Marie-Josée Bourget.

En plus de conditions de travail viables, les chargé-es de cours veulent une rémunération équivalant à celle des professeurs pour leur tâche d’enseignement, rémunération basée sur les résultats d’une étude effectuée par l’Institut de la statistique du Québec en 1998-1999. Cette étude a mis en lumière un écart très important en matière de rémunération entre les professeurs et les chargés de cours. « Nous en sommes donc, en 2003, à revendiquer un salaire égal pour un travail égal ! », a soutenu madame Bourget.

« Lors de la dernière ronde de négociations, nous n’avons obtenu qu’une partie du rattrapage salarial avec nos collègues professeurs pour la partie comparable de notre tâche, c’est-à-dire l’enseignement. Nous poursuivons la bataille pour mettre fin à cette iniquité historique », ajoute François Cyr, vice-président de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ) et responsable du Regroupement des syndicats de chargés de cours affiliés à la CSN.

En Outaouais, le Syndicat des chargées et chargés de cours (SCCC) a déposé sa demande salariale le 9 octobre dernier et celui de Rimouski, le 2 octobre. Pour ce qui est des SCCC de Chicoutimi et d’Abitibi-Témiscamingue, leurs conventions collectives viennent à échéance en décembre prochain. Le SCCC de l’Université Laval est actuellement en négociations et veut également obtenir le rattrapage. Quant à celui de l’Université de Montréal, il est en négociation continue depuis janvier 2003.


Source : CSN  – 31-10-2003

Pour renseignements : Marie-Josée Bourget, présidente, téléphone (819) 665-4731 ou (819) 773-1692 Rosaura Guzman, Vice-présidente, information-mobilisation, téléphone (819) 773-1692 François Cyr, Vice-président FNEEQ/CSN, téléphone (514) 946-4471

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket