Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les discussions s’enveniment

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Provigo de Ville-Marie

Les discussions s’enveniment

Les négociations pour le renouvellement de la convention collective des travailleuses et travailleurs du Provigo Alimentation Denis Nolet de Ville-Marie sont amorcées depuis mars 2010 et ces derniers sont toujours sans contrat de travail. Les discussions progressaient tout de même bien jusqu’au dépôt patronal du 30 août sur les matières pécuniaires. Le comité de négociation a alors constaté le peu d’intérêt de l’employeur à reconnaître concrètement le travail des employé-es. « Lors de notre rencontre du 31 août, nous avons fait certaines avancées à la table de négociation et avons indiqué aux négociateurs patronaux que nous nous attendions à ce que de leur côté, l’aspect monétaire soit révisé », de dire Rudy Girard, président du syndicat affilié à la CSN.

« Pour nous, rien n’explique ce genre d’attitude, aucun indice nous porte à croire que le Provigo de Ville-Marie vit des difficultés financières. D’ailleurs, l’employeur n’en a jamais fait allusion depuis le début des négociations, poursuit le porte-parole syndical. Devant ces faits, nous ferons rapport à nos membres la semaine prochaine et nous prendrons les décisions qui s’imposent », ajoute-t-il. Depuis mardi dernier les syndiqué-es ont augmenté la pression à l’intérieur du magasin.

De son côté, le Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec-CSN se questionne sur l’attitude de l’employeur dans ce dossier. « Que veut-il vraiment prouver ? », questionne son président Donald Rheault. La population de Ville-Marie a accès à un beau supermarché et l’achalandage le démontre bien. Il n’y a aucune raison pour que les travailleuses et les travailleurs de Ville-Marie soient traités autrement qu’ailleurs au Québec dans des marchés d’alimentation comparables », plaide-t-il.

« Que ce soit Provigo ou le franchisé, pourquoi compromettre les services à la clientèle en confrontant le syndicat, qui s’est comporté correctement jusqu’à maintenant ? Il est clair que nous appuierons les syndiqué-es dans leurs décisions, souligne Donald Rheault. L’employeur devra, quant à lui, assumer ses choix. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket