Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les employé-es de bureau quittent leur travail

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Les employé-es de bureau quittent leur travail

Au moment de l’émission de cet avis à la presse, les membres du Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges (CSN), à Montréal, auront débrayé. Il s’agit d’un moyen de pression auprès de l’employeur afin que la négociation pour le renouvellement de la convention collective, entreprise voilà maintenant huit mois, procède de façon plus adéquate. En février, les membres du syndicat avaient été unanimes à rejeter, à scrutin secret, le projet de convention collective de leur employeur. Le 20 mai, le comité exécutif syndical a obtenu un mandat de recourir à la grève au moment jugé opportun dans une proportion de 95 %. Les enjeux Le syndicat reproche à l’employeur de chercher, entre autres, à diminuer les droits des travailleuses et des travailleurs sur les horaires de travail et de ne pas vouloir respecter l’ancienneté dans l’octroi des postes et dans l’ordre des mises à pied, un acquis syndical, en plus de diminuer la commission des conseillers aux préarrangements. Selon le syndicat, l’employeur tente aussi de restreindre l’accès aux postes réguliers en favorisant l’embauche de travailleuses et de travailleurs surnuméraires. La partie patronale veut également empêcher le plus possible les mouvements de personnel en n’ayant pas l’obligation de combler les postes dépourvus de leurs titulaires et en mettant en place un processus complexe qui rend presque impossible l’obtention du statut d’employé-e régulier. La parité Le syndicat réclame notamment ce qu’ont obtenu leurs camarades du Syndicat des travailleuses et travailleurs du cimetière Notre-Dame-des-Neiges (CSN), en novembre 2007.  Après une longue négociation et un lock-out qui avait duré 17 semaines, les 130 membres du syndicat avaient obtenu une meilleure protection des emplois par l’amélioration de la clause de la sécurité d’emploi, un véritable régime de retraite et le rachat du service passé, une garantie d’un nombre de semaines travaillées pour les employé-es surnuméraires et une allocation de départ. De plus, le syndicat veut que l’employeur affiche les postes dépourvus de leurs titulaires. Les négociations achoppent également sur les augmentations de salaire, jugées « ridicules » par le syndicat. Le syndicat représentant 29 membres est composé par une forte majorité de travailleuses. La convention collective est échue depuis le 31 décembre dernier. Un conciliateur du ministère du Travail du Québec a été affecté à ce dossier. Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges est situé au 4601, chemin de la Côte-des-Neiges.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket