Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les femmes disent NON à la taxe santé !

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Journée internationale des femmes 2011

Les femmes disent NON à la taxe santé !

 

À l’occasion du 8 mars, les femmes de la CSN ont cassé la croûte au Complexe Desjardins afin de manifester leur volonté de « casser » la logique « utilisateur-payeur » que le gouvernement Charest cherche à instaurer avec la taxe santé de 200 $.

En cette Journée internationale des femmes, le Collectif 8 mars, composé de groupes de femmes et d’organisations syndicales québécoises, interpelle le gouvernement du Québec afin qu’il retire la taxe santé, dont l’entrée en vigueur est prévue pour l’année d’imposition 2010.

Pour Alexa Conradi, porte-parole pour le Collectif 8 mars et présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), « la taxe santé est une mesure profondément inéquitable qui va frapper plus durement les personnes à faible revenu, et en premier lieu les femmes, car ces dernières ont des revenus généralement plus bas que les hommes ».

« Nous refusons également la logique de l’utilisateur-payeur. La santé est un droit et nous avons décidé collectivement de nous doter d’un système de santé accessible à toutes et à tous. Nous refusons de considérer les soins de santé comme une marchandise qui serait plus ou moins accessible selon l’épaisseur de notre portefeuille », de poursuivre madame Conradi.

Se priver de soins faute de moyens

Selon une recherche de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) réalisée en octobre 2010, une famille monoparentale avec deux enfants, dont un fréquente une garderie, pourrait devoir consacrer près de 20 % de son revenu après impôt au paiement des tarifs (frais de santé, d’électricité, de services de garde). Dans ces conditions, il y a fort à parier que des femmes se priveront de soins avec les conséquences qu’on connait.

Rappelons que l’avènement des services publics dans les années soixante, et en particulier des services de garde et des soins de santé, a permis aux femmes d’avoir accès au marché du travail. La privatisation et les augmentations de tarifs dans les services publics ne sont pas sans conséquence pour les femmes, car ces dernières sont majoritaires à les utiliser. C’est donc une attaque directe à l’égalité, car cela limite l’accès à un groupe en particulier. « Les femmes n’ont pas les moyens de se priver de services publics accessibles et de qualité. C’est pour cela que des femmes, à travers le Québec, profitent de cette journée du 8 mars pour dire NON à la taxe santé », de conclure Alexa Conradi.

Toujours en action pour le respect de nos droits, exigeons des services publics accessibles à toutes et à tous !

Collectif 8 mars

Le Collectif 8 mars est formé de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket