Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les sages-femmes adoptent une entente de principe

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Négociation avec le ministère de la Santé et des Services sociaux

Les sages-femmes adoptent une entente de principe

Réunies en assemblée hier à Drummondville, les sages-femmes du Québec ont voté en faveur de l’entente de principe conclue avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

L’entente, qui prendra fin en 2015, prévoit plusieurs améliorations, dont la bonification, dans une certaine mesure, de la compensation des sages-femmes pour leurs horaires défavorables et leurs heures de garde, essentiels à leur modèle de pratique et directement en lien avec les excellents résultats obtenus. Cette compensation demeure toutefois inférieure à celle accordée à l’ensemble des professionnels du réseau de la santé.

Par ailleurs, l’entente prévoit la reconnaissance de la formation universitaire additionnelle, une amélioration du mécanisme de progression dans l’échelle salariale et l’introduction de nouvelles dispositions pour la rémunération des responsables des services de sage-femme. Elle inclut aussi des journées pour participer à des activités de maintien des compétences et la possibilité d’obtenir un congé sans solde pour œuvrer en région nordique, participer à un projet humanitaire en lien avec la pratique sage-femme ou développer de nouveaux services de sage-femme au Québec. L’entente permet également d’actualiser plusieurs dispositions qui n’avaient pas été revues depuis bientôt 10 ans.

Une bataille à poursuivre « Bien qu’elle constitue une amélioration sur certains points, l’entente adoptée hier n’est qu’un pas dans la bataille des sages-femmes pour obtenir des conditions de travail justes et équitables, a précisé Claudia Faille, présidente du Regroupement Les Sages-femmes du Québec (RSFQ). Après deux ans et demi de négociation et une mobilisation sans précédent dans l’histoire de cette profession émergente, nous sommes satisfaites du travail que nous avons réussi à accomplir. L’appui inestimable des femmes et des familles nous a soulevées, rien de moins. Mais nous comptons être au rendez-vous lors des prochaines négociations et serons prêtes plus que jamais à poursuivre le nécessaire combat, a-t-elle déclaré. Car la bataille que nous menons, c’est en quelque sorte, celle de toutes les travailleuses qui ont dû et qui doivent encore et toujours se battre pour que leur travail soit reconnu à sa juste valeur », a conclu la présidente du RSFQ, Claudia Faille.

Le Regroupement Les Sages-femmes du Québec, l’association professionnelle des sages-femmes, négociait depuis plus de deux ans l’entente qui le lie au MSSS. Leur première entente, signée en 2004, n’avait pas été renégociée depuis presque dix ans, ayant été prolongée par un décret en décembre 2005.

À propos Le RSFQ est l’association professionnelle des sages-femmes depuis 1995. Il représente environ 150 sages-femmes qui œuvrent au Québec. Le RSFQ est en entente de service avec la Fédération des professionnèles de la CSN depuis 2009.
 La Fédération des professionnèles (FP-CSN) représente plus de 8000 professionnels, techniciennes et techniciens, œuvrant dans différents secteurs d’activité. Fondée en 1921, la CSN regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket