Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les salarié-es de Couche-Tard interpellent les actionnaires de l’entreprise

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…
La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…

Les salarié-es de Couche-Tard interpellent les actionnaires de l’entreprise

Une jeune salariée syndiquée de Couche-Tard a pris part, cet après-midi, à l’assemblée annuelle de l’entreprise afin de faire valoir les droits des employé-es de la chaîne de dépanneurs auprès des actionnaires.

Par ce geste d’éclat, les syndiqué-es CSN souhaitent rappeler à l’assemblée que d’importantes négociations collectives ont lieu présentement dans trois dépanneurs et que la syndicalisation se poursuit dans d’autres établissements. Si Couche-Tard veut préserver son image de marque auprès des consommateurs, l’entreprise doit, dès maintenant, modifier ses pratiques afin de reconnaître le droit de ses salarié-es de se syndiquer et celui de négocier leurs conditions de travail.

Salariée du dépanneur de Saint-Liboire et future maman, Kassandra Lanteigne a livré un message touchant aux actionnaires. Elle a, brièvement, décrit ses conditions de travail : salaire de 9, 95 $ l’heure après deux ans et demi, aucune journée de maladie, conditions difficiles en santé et en sécurité. Elle a souligné que les employé-es espèrent que l’entreprise respectera leur choix de se syndiquer et qu’elle négociera rondement des améliorations à leurs conditions de travail. Elle a, finalement, invité les salarié-es des autres Couche-Tard non syndiqués à se joindre au mouvement.

Elle a pu prendre part à l’assemblée puisque la Congrégation de Sainte-Croix, qui est actionnaire de Couche-Tard, l’a désignée pour agir en son nom. D’autres salarié-es présents ont distribué des messages à l’entrée de l’assemblée insistant sur le fait que tous les actionnaires seront gagnants si les employé-es ont de bonnes conditions de travail et que le taux de roulement du personnel, actuellement très élevé, était réduit grâce à des emplois plus attractifs.

Soulignons que les actionnaires ont également été saisis d’une proposition en provenance d’un important investisseur, demandant à ce que Couche-Tard se dote d’une politique visant le respect de la liberté syndicale et du droit d’association ainsi que d’une politique de développement durable.

Les travailleuses et les travailleurs de quatre dépanneurs Couche-Tard sont syndiqués. Leurs syndicats sont affiliés à la Fédération du commerce de la CSN, qui regroupe plus de 30 000 salarié-es du secteur privé. Quelque 300 000 travailleuses et travailleurs unissent aujourd’hui leurs forces au sein de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket