Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndicats FSSS–CSN de paramédics votent la grève

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Les syndicats FSSS–CSN de paramédics votent la grève

Les 3400 paramédics regroupés au sein de trois syndicats affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ont voté à plus de 98 % en faveur de la grève générale illimitée. Au terme d’assemblées générales tenues au cours des dernières semaines, les trois syndicats du secteur préhospitalier de la FSSS–CSN, soit la Fraternité des paramédics et employé-es des services préhospitaliers du Québec (provenant de diverses régions du Québec, sauf Montréal, Laval et Québec), le Syndicat du préhospitalier (Montréal et Laval) ainsi que l’Association des travailleurs du préhospitalier (Québec), se sont donc prononcés presque unanimement en faveur d’un débrayage qui pourra être déclenché au moment jugé opportun. Les paramédics sont exaspérés par l’extrême lenteur du gouvernement à démarrer la négociation concernant leur intégration à la nouvelle échelle salariale, convenue en 2006. Cependant, avant de recourir au moyen ultime que représente l’arrêt de travail, ils comptent entreprendre diverses actions pour inciter le gouvernement à bouger. Ils sont déterminés à obtenir satisfaction. Historique Les représentants gouvernementaux et ceux du secteur préhospitalier de la FSSS–CSN s’étaient alors entendus pour réévaluer le titre d’emploi de technicien ambulancier (paramédic) en fonction des nouvelles exigences (détention d’un DEC) et de la description de tâches. Quelques mois plus tard, la négociation de la convention collective à la Corporation d’Urgences-santé avait notamment permis de fixer la rémunération maximale des paramédics à 30,40 $ l’heure, soit le rangement 17 du système d’évaluation des emplois du gouvernement. Cependant, une première rencontre entre le Conseil du trésor et le secteur préhospitalier, le 17 juin dernier, n’avait permis que de constater le fossé qui séparait les parties. La négociation porte essentiellement sur l’intégration des paramédics dans une nouvelle échelle salariale, en tenant compte de leur degré de scolarité et de leur expérience, par exemple. L’insertion des paramédics dans la nouvelle échelle salariale doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain, mais le gouvernement a maintes fois repoussé la date des négociations et observe un mutisme suspect. Au cours de l’hiver dernier, pour justifier son inaction, il invoquait des problèmes informatiques retardant sa capacité à calculer les coûts de sa proposition. Le 19 mars dernier, devant le silence de leurs vis-à-vis, les délégués au conseil fédéral de négociation du secteur préhospitalier ont convenu d’un plan d’action incluant la possibilité de recourir à la grève. Le 3 avril, le gouvernement faisait savoir qu’il était « confiant dans sa capacité de commencer la négociation dans la semaine du 18 mai 2009 ». Le vice-président à la coordination de la négociation du secteur privé à la FSSS–CSN, Jeff Begley, commente : « Le temps presse. La balle est depuis longtemps dans le camp du gouvernement. À lui de jouer, et sérieusement. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket