Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndiqués sont prêts à faire leur part, mais pas à n’importe quel prix

Du même SUJET

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé…

Alimentation coop Rimouski

Les syndiqués sont prêts à faire leur part, mais pas à n’importe quel prix

C’est dans un document de 11 pages qu’ont été présentées les modifications à la convention collective souhaitée par Sobey’s touchant plusieurs sujets. Par exemple : la désyndicalisation du personnel de bureau; l’introduction d’une disposition permettant d’ouvrir des boutiques non syndiquées à l’intérieur des magasins; la possibilité de créer des postes de gérant de département entraînant la réduction du nombre d’heures travaillées par le personnel syndiqué, une modification importante sur les horaires des travailleurs à temps complet, réduisant de ce fait la possibilité qu’ils aient une fin de semaine de congé sur deux; et finalement la prolongation de la convention collective jusqu’au 31 décembre 2018.

Pour les 82 membres présents hier soir à l’assemblée générale s’en était trop et, à scrutin secret, ils ont rejeté à 95 % cette proposition de modification. À la mi-octobre, le syndicat a été interpellé par la direction de Sobeys. Cette dernière souhaitait entamer des discussions pour modifier l’actuelle convention collective, qualifiant ces modifications d’essentielles à la relance de la coopérative. Le 24 octobre, l’assemblée générale donnait le mandat au comité exécutif de rencontrer la direction de Sobeys pour prendre connaissance de celles-ci. Des rencontres ont été tenues avec la direction les 27 octobre, 7 et 14 novembre. C’est finalement hier soir que les membres ont pris connaissance des modifications souhaitées.

Soulignons que ces demandes étaient faites dans le contexte de l’injection de plusieurs millions de dollars dans la modernisation des quatre commerces appartenant maintenant à Sobeys.

Les syndiqué-es ont exprimé, hier soir, à l’unanimité, vouloir faire leur part pour préserver ces investissements et ont donné le mandat à leur comité exécutif de faire la proposition suivante à la direction de Sobeys. Les syndiqués accepteraient de prolonger leur contrat de travail jusqu’au 31 décembre 2018 à la condition de pouvoir soumettre à l’arbitrage les augmentations de salaire des années 2014, 2015, 2016 et 2017.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket