Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les travailleurs sylvicoles demandent l’appui du ministre

Du même SUJET

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Rassemblement devant le bureau de Claude Béchard

Les travailleurs sylvicoles demandent l’appui du ministre

Des centaines de travailleurs sylvicoles, provenant principalement des régions du Bas-Saint-Laurent, du Cœur-du-Québec, de la Côte-Nord, de la Gaspésie–Iles-de-la-Madeleine, de Québec–Chaudière-Appalaches et du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ont convergé vers Saint-Pascal, aujourd’hui, pour un rassemblement, devant le bureau de circonscription du député de Kamouraska-Témiscouata, Claude Béchard. Solidaires et résolus à améliorer leurs conditions de travail, ils portent leurs récriminations directement au bureau du ministre Béchard, titulaire des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, à qui ils demandent d’intervenir pour mettre de l’ordre dans l’industrie forestière et particulièrement dans les travaux sylvicoles. Travaillant dans des conditions rudes, payés à forfait et à rabais, sans avantages sociaux, défrayant eux-mêmes le coût et l’entretien de leur équipement de travail, ces hommes et ces femmes dont le métier consiste à régénérer nos forêts, en ont plein le dos. Devant la situation qu’ils vivent, les revendications des travailleurs sylvicoles sont nombreuses. Comme l’indique le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du papier et de la forêt (FTPF–CSN), Sylvain Parent, auquel le Syndicat national de la sylviculture (SNS–CSN) est affilié : « Nous prônons la création d’une société de l’aménagement forestier qui aurait pour mandats d’appliquer les orientations du Québec en matière d’aménagement forestier, d’accroître les rendements et la valeur du capital ligneux afin de soutenir l’industrie, puis d’encadrer et d’épauler les entreprises sylvicoles certifiées, à qui les travaux de planification et d’exécution sylvicoles seraient confiés. « Nous désirons d’autre part que l’État supprime le paiement des redevances forestières par des travaux sylvicoles et nous exigeons le paiement de toutes ces redevances en argent. Nous réclamons aussi la mise en place d’un mode de rémunération à l’heure, le paiement du temps de déplacement et la négociation des conditions de travail. » Selon le président du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN), Vincent Couture : « Il est primordial que les jeunes des régions puissent avoir accès à des emplois de qualité. Présentement, ils refusent de travailler en forêt en raison des pitoyables conditions de travail et des bas salaires, puis ils s’exilent dans les grandes villes. » Regrouper les forces Plus de 800 travailleurs sylvicoles québécois ont déjà joint les rangs du SNS–CSN. Selon le président du syndicat, Bernard Forest : « Il ne fait pas de doute que la seule façon d’améliorer nos conditions de travail passe par l’adhésion au SNS–CSN. C’est en regroupant nos forces, en agissant avec détermination et en parlant d’une seule voix que nous pourrons nous faire entendre. » Cet arrêt au bureau de circonscription du ministre Béchard constitue une étape, pour les travailleurs sylvicoles, dans leur longue mais inlassable marche vers la reconnaissance de leur métier et de leurs droits.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket