Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les travailleurs sylvicoles demandent l’appui du ministre

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…

Rassemblement devant le bureau de Claude Béchard

Les travailleurs sylvicoles demandent l’appui du ministre

Des centaines de travailleurs sylvicoles, provenant principalement des régions du Bas-Saint-Laurent, du Cœur-du-Québec, de la Côte-Nord, de la Gaspésie–Iles-de-la-Madeleine, de Québec–Chaudière-Appalaches et du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ont convergé vers Saint-Pascal, aujourd’hui, pour un rassemblement, devant le bureau de circonscription du député de Kamouraska-Témiscouata, Claude Béchard. Solidaires et résolus à améliorer leurs conditions de travail, ils portent leurs récriminations directement au bureau du ministre Béchard, titulaire des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, à qui ils demandent d’intervenir pour mettre de l’ordre dans l’industrie forestière et particulièrement dans les travaux sylvicoles. Travaillant dans des conditions rudes, payés à forfait et à rabais, sans avantages sociaux, défrayant eux-mêmes le coût et l’entretien de leur équipement de travail, ces hommes et ces femmes dont le métier consiste à régénérer nos forêts, en ont plein le dos. Devant la situation qu’ils vivent, les revendications des travailleurs sylvicoles sont nombreuses. Comme l’indique le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du papier et de la forêt (FTPF–CSN), Sylvain Parent, auquel le Syndicat national de la sylviculture (SNS–CSN) est affilié : « Nous prônons la création d’une société de l’aménagement forestier qui aurait pour mandats d’appliquer les orientations du Québec en matière d’aménagement forestier, d’accroître les rendements et la valeur du capital ligneux afin de soutenir l’industrie, puis d’encadrer et d’épauler les entreprises sylvicoles certifiées, à qui les travaux de planification et d’exécution sylvicoles seraient confiés. « Nous désirons d’autre part que l’État supprime le paiement des redevances forestières par des travaux sylvicoles et nous exigeons le paiement de toutes ces redevances en argent. Nous réclamons aussi la mise en place d’un mode de rémunération à l’heure, le paiement du temps de déplacement et la négociation des conditions de travail. » Selon le président du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN), Vincent Couture : « Il est primordial que les jeunes des régions puissent avoir accès à des emplois de qualité. Présentement, ils refusent de travailler en forêt en raison des pitoyables conditions de travail et des bas salaires, puis ils s’exilent dans les grandes villes. » Regrouper les forces Plus de 800 travailleurs sylvicoles québécois ont déjà joint les rangs du SNS–CSN. Selon le président du syndicat, Bernard Forest : « Il ne fait pas de doute que la seule façon d’améliorer nos conditions de travail passe par l’adhésion au SNS–CSN. C’est en regroupant nos forces, en agissant avec détermination et en parlant d’une seule voix que nous pourrons nous faire entendre. » Cet arrêt au bureau de circonscription du ministre Béchard constitue une étape, pour les travailleurs sylvicoles, dans leur longue mais inlassable marche vers la reconnaissance de leur métier et de leurs droits.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket