Les travailleurs sylvicoles entreprendront des actions

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, rencontrait ce matin des représentantes des Médecins québécois pour…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Le gouvernement de la CAQ prépare une profonde transformation en santé et services sociaux. L’actualité nous…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…

Coupe de 10 % du salaire dans le Bas-Saint-Laurent

Les travailleurs sylvicoles entreprendront des actions

L’Agence régionale de mise en valeur des forêts privées du Bas-Saint-Laurent, qui avait imposé, au cours de l’été, une coupe d’environ 10 % dans la rémunération des travailleurs sylvicoles de cette région, n’a encore donné aucune réponse au Syndicat national de la sylviculture (SNS–CSN) qui l’avait sommé de reconsidérer sa décision. L’agence avait indiqué au syndicat qu’elle devait attendre que son conseil d’administration se réunisse, le 16 septembre, pour évaluer la pertinence de revenir sur sa décision. La veille de la réunion, mercredi, le président intérimaire du SNS–CSN, René Martel, avait enjoint l’agence de cesser les coupes, mais il est toujours dans l’attente. La décision de l’agence de revoir à la baisse sa grille déterminant la rémunération des traitements sylvicoles prive ces travailleurs de la forêt de 5 % de leur rétribution cette année et de 5 % supplémentaire pour 2011. René Martel commente : « Cette réduction de salaire déguisée est tout à fait inacceptable. Le Syndicat national de la sylviculture n’acceptera pas que ses membres fassent les frais d’une mauvaise gestion de la part de l’agence. » Si cette dernière ne revient pas sur sa position, le SNS–CSN entreprendra des actions visant à obtenir justice. Le 6 août dernier, de nombreux travailleurs sylvicoles avaient quitté la forêt pour participer à une manifestation devant les bureaux de l’agence, à Rimouski. Le syndicat réclamera notamment que les pertes de salaire encourues cette année soient remboursées à ces travailleurs déjà mal rémunérés avant les réductions et oeuvrant dans des conditions très difficiles. Le Syndicat national de la sylviculture regroupe plus de 800 membres répartis dans 14 sections.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket