L’Espagne sous les assauts du néolibéralisme

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

International

Interview Espagne Photo Michel Giroux-2

L’Espagne sous les assauts du néolibéralisme

L’Espagne sous les assauts du néolibéralisme

La récession est terminée depuis trois ans en Espagne, mais la crise perdure. Les taux de salaire ont chuté de 15 % en cinq ans. Près d’un travailleur sur six survit avec un revenu sous le seuil de la pauvreté. Plus de quatre millions de salarié-es, dont une majorité de jeunes, occupent des emplois précaires. Les jeunes qui ont un emploi gagnent la moitié du salaire moyen des employé-es plus âgés. Le taux de chômage atteint 18 %. Seulement la moitié des chômeurs ont droit à des prestations : par conséquent, pas moins d’un million de ménages espagnols sont actuellement sans aucun revenu. Bref, le retour à la croissance économique profite surtout aux plus nantis qui accaparent une part croissante des richesses. Voilà le résultat des politiques d’austérité imposées aux Espagnols depuis plus de dix ans!

Tous les partis politiques qui se sont succédé au pouvoir ces dernières années ont appliqué le petit catéchisme néolibéral, rappelle le secrétaire général de l’Union syndicale ouvrière (USO), Julio Salazar Moreno. Depuis sa fondation sous la dictature franquiste, l’USO s’est toujours montrée farouchement indépendante des partis politiques. « En général, nous avons de meilleures relations avec les partis politiques quand ils sont dans l’opposition et de mauvaises relations quand ils sont au pouvoir! Je pense que la situation actuelle est pour le mieux actuellement, car le parti au pouvoir (de droite) est minoritaire et est obligé de forger des alliances. Récemment, cela a conduit à une hausse du salaire minimum de 8 % après qu’il eut été gelé pendant des années. »

Mobilisations sociales

L’USO se mobilise contre l’austérité aux côtés des deux autres grandes centrales syndicales du pays et de plus de 250 organisations de la société civile réunies au sein de la Cumbre social, une initiative de coordination populaire mise sur pied il y a dix ans. Trois grèves générales ont secoué l’Espagne ces dernières années. L’USO porte trois revendications principales :

  • Rehausser les salaires
  • Défendre des emplois de qualité
  • Mettre en place un plan de relance économique appuyé par des investissements privés et publics

Mondialisation syndicale

Pour l’USO, la solution de rechange à ce rouleau compresseur néolibéral passe par une concertation syndicale internationale, car aujourd’hui les grands conglomérats capitalistes transnationaux imposent à toutes et à tous une logique de concurrence effrénée qui exerce une pression extraordinaire sur les salaires et les conditions de travail des salarié-es et sur les politiques sociales des gouvernements. Le travail est de plus en plus internationalisé dans une vaste chaîne de production et d’approvisionnement sans frontières. « Ce qu’ils appellent la nouvelle économie ne peut pas, ne doit pas être une appropriation grandissante des richesses par la minorité. Il nous faut combattre cette logique dans tous les États et mener une offensive globale. »

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023