Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Mandat de grève de trois jours

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Transport scolaire

Mandat de grève de trois jours

Réunis en secteur le 1er février dernier, les délégué-es des syndicats du secteur du transport scolaire ont adopté une proposition mandatant leur exécutif respectif à obtenir un mandat de grève de trois jours à être déclenchée au moment jugé opportun pour appuyer leurs revendications salariales. Les représentants du secteur du transport scolaire de la FEESP – CSN revendiquent une table de négociation avec le ministère de l’Éducation afin d’en débattre.

Depuis plus de dix ans, le secteur du transport scolaire (STS) revendique la valorisation du métier et une reconnaissance salariale. Au fil des ans, nous avons mis de l’avant plusieurs solutions. L’attribution des contrats de gré à gré, permettant de stabiliser la main d ‘œuvre et les enveloppes budgétaires fermées dédiées au transport scolaire, en sont deux exemples. En 2006, ils ont interpellé le gouvernement afin qu’il ajoute 15 millions de dollars, de façon récurrente, pour améliorer les conditions de travail dans le transport scolaire, but qu’ils n’ont malheureusement pas atteint.

Plateforme salariale Le STS a adopté une plateforme salariale que les syndicats ont ensuite adopté en assemblées générales. La plateforme vise deux objectifs : l’obtention d’une garantie de travail de quarante-deux semaines par année; l’obtention d’un salaire de six cents dollars par semaine au 1er juin 2010 et indexé par la suite annuellement au coût de la vie (IPC). Le STS a décidé avec les syndicats de faire une négociation coordonnée et d’adhérer majoritairement à un protocole de fonctionnement.

En contrepartie : – Les travailleuses et les travailleurs sont prêts à donner une prestation de travail de trente heures semaine (pour du transport scolaire matin et soir exclusivement). – Au-delà de ces trente heures, les salariés seront payés à un taux horaire de vingt dollars l’heure. – La convention ne peut être modifiée qu’après entente entre les parties.

Plan d’action Considérant l’objectif du secteur d’améliorer les conditions salariales le plus rapidement possible. Le STS a mis en place un plan d’action en soutien à leurs revendications. Les délégué-es du secteur ont adopté une résolution demandant aux syndicats d’entériner, en assemblée générale, un mandat de grève de trois jours à être utilisés au moment jugé opportun. Ils auront jusqu’au 18 mars prochain pour se prononcer sur le plan d’action.

Les syndicats du transport scolaire représentent 2500 membres. Ils sont affiliés à la Fédération des employées et employés de services publics de la CSN (FEESP – CSN) qui regroupe 55 700 syndiqué-es.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket