Mandat de grève générale au Reine – Elizabeth – 7 août 2008

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Mandat de grève générale au Reine – Elizabeth – 7 août 2008

Mandat de grève générale au Reine-Elizabeth

Les salarié-es de l’hôtel Reine-Elizabeth, le plus important au Québec, ont confié, jeudi après-midi, à leurs représentants un mandat de débrayage pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée. Ils ont voté ce mandat, par scrutin secret, dans une proportion de 84,4 %.

Les professionnel-les de l’hôtellerie de cet établissement, fleuron de l’industrie à Montréal, souhaitent des réponses patronales à leurs principales revendications dans les meilleurs délais. Leur convention collective est échue depuis cinq semaines. Les pourparlers se déroulent actuellement en présence d’un conciliateur.

Pour le président du syndicat CSN, Pascal Côté, ce mandat de grève démontre hors de tout doute que les salarié-es ont confiance en leurs représentants en leur donnant un coffre d’outils pour faire débloquer la négociation. « Ils sont prêts à se battre pour améliorer leurs conditions de travail et obtenir une entente satisfaisante sur leurs principales priorités. Ils croient profondément en la légitimité des demandes que nous portons. Le message est clair. J’espère sincèrement que la direction de notre hôtel l’a saisi et qu’elle va poser des gestes significatifs à la table de négociation qui nous permettront de conclure une entente. »

Le président de la Fédération du commerce de la CSN était présent lors de l’assemblée générale. « L’exaspération des travailleuses et des travailleurs face aux stratégies dilatoires des procureurs patronaux et les mensonges qu’ils propagent dans les corridors et les médias était palpable. Cette colère, je la sens chez les salarié-es de bon nombre d’établissements. J’espère que toutes les directions hôtelières comprennent bien le message envoyé aujourd’hui au Reine-Elizabeth parce qu’il s’adresse aussi à eux : les professionnel-les de l’hôtellerie veulent être respectés et considérés à leur juste valeur. La récréation devrait être terminée depuis longtemps. Il faut que ça bouge aux tables de négociation et rapidement. »

Les professionnel-les de l’hôtellerie souhaitent profiter de cette négociation pour régler des problèmes qu’ils vivent au quotidien dans leur travail. Par ailleurs ils souhaitent négocier un contrat de travail comparable à l’entente intervenue à l’hôtel PUR de Québec, il y a trois semaines. Rappelons que celle-ci comprend : • une réduction de la charge de travail des préposées aux chambres : la convention collective prévoit un maximum de 13 chambres au lieu de 14 ; • des mesures favorisant la conciliation entre famille et travail, notamment des mécanismes permettant aux salarié-es de réduire leur temps de travail – jusqu’à deux jours par semaine – pour s’occuper de leurs enfants ou de leurs proches ; • des dispositions limitant fortement les recours aux agences de personnel ; • le partage du coût des assurances, à raison de 60 % pour l’employeur et 40 % pour la personne salariée, dès la première année de la convention collective ; • huit congés de maladie par année, remboursables s’ils ne sont pas utilisés ; • l’indexation de la prime de départ ; • un calcul des gains plus favorable pour les salarié-es – comprenant notamment les vacances et les pourboires – au regard du régime de retraite ; • une augmentation des contributions au régime de retraite de 1 % pour chacune des parties, au terme de la convention collective ; • des augmentations salariales de 3 % pour chacune des années d’un contrat de travail de trois ans.

En plus de l’hôtel PUR, des syndicats CSN ont conclu des ententes sur cette base au Classique de Québec ainsi qu’au Jardins de ville et à l’Estrimont, situés en Estrie.

11 500 chambres

Au total, la Fédération du commerce CSN compte 37 500 membres, dont 6500 dans les hôtels du Québec. De ce nombre, environ 5500 font partie de la ronde de négociations coordonnées 2008, soit les membres des syndicats de 41 hôtels totalisant 11 500 chambres. La CSN compte aujourd’hui 300 000 membres dans tous les secteurs d’activité. Pour tout savoir sur les négociations coordonnées de l’hôtellerie : www.fc.csn.qc.ca/nego2008.


Source : CSN – 7 août 2008

Pour renseignements : Jean-Pierre Larche, Service des communications de la CSN Tél. : 514 598-2264

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023