Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Mandat de grève générale illimitée

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…

Chargé-es de cours de l’Université de Montréal

Mandat de grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale aujourd’hui, les chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal ont mandaté, dans une proportion de 71 %, le comité exécutif de leur syndicat (SCCCUM–FNEEQ–CSN) « de déclencher des moyens de pression gradués, au besoin, pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée à exercer au moment jugé opportun ». Rappelant que l’Université de Montréal avait demandé l’intervention d’un conciliateur du ministère du Travail, le 13 janvier, « après avoir tout simplement refusé de négocier depuis des mois », le président du syndicat, Francis Lagacé, estime que les chargé-es de cours refusent « de continuer cette mascarade teintée de mépris de la part des autorités de l’Université ». « Ce que nous avons toujours voulu c’est une vraie négociation. Maintenant, nous sommes prêts à faire cet exercice de conciliation. Toutefois, puisque le conciliateur ne peut forcer l’Université à négocier sérieusement, nous espérons que les moyens de pression votés aujourd’hui inciteront l’employeur à avancer les pourparlers. » Refus et reculs Après 14 rencontres avec les représentants de la partie patronale, qui ont d’ailleurs changé à trois reprises, les négociations sont pratiquement au point mort puisque seulement quatre items mineurs ont été réglés depuis le 2 juillet. En fait, seule la partie syndicale a fait des propositions. L’Université refuse entre autres de se positionner sur la question salariale, refuse d’inclure la taille des groupes-cours dans la convention, refuse d’implanter un authentique comité de santé et de sécurité, remet en question la pertinence des libérations syndicales ainsi que l’ancienneté liée à ces tâches. La convention collective des 2433 chargé-es de cours de l’Université de Montréal est échue depuis le 31 août. Ces enseignants donnent 50 % des cours au premier cycle (à l’exclusion de la médecine), mais leur salaire ne représente même pas 5 % de la masse salariale de l’institution. Quant aux dirigeants de l’université, on sait qu’ils n’ont pas hésité à se voter des augmentations de salaire rétroactives pour 2007 et 2008 totalisant plus de 2,5 M$, ce qui équivaut à 50 % de ce que le syndicat revendique pour ce corps enseignant.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket