Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Manifestation devant les bureaux de la Téluq à Québec – Les formateurs à distance de la Télé – université en ont ras – le – bol

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…

Manifestation devant les bureaux de la Téluq à Québec – Les formateurs à distance de la Télé – université en ont ras – le – bol

 

 

 

Manifestation devant les bureaux de la Téluq à Québec

Les formateurs à distance de la Télé-université en ont ras – le – bol

 

 

 

Les tuteurs et tutrices en formation à distance de la Télé-université manifestent, ce jeudi midi, devant les bureaux de leur employeur, à Québec, pour protester contre le piétinement patronal à la table de négociation et l’entêtement des porte-parole de la direction à les considérer comme des employés occasionnels.

La convention collective est échue depuis le 31 décembre 2005. Depuis le dépôt des demandes syndicales, le 26 avril 2006, une quinzaine de rencontres de négociation n’ont pas permis de rapprochements significatifs entre les parties. Les syndiqués ont donné à l’unanimité, en mars dernier, le mandat à leur comité exécutif de déclencher des moyens de pression pouvant aller jusqu’à des arrêts de travail sporadiques.

La Téluq, qui est dans une excellente situation financière, offre pourtant à ses tuteurs d’accroître notablement l’écart salarial qui les sépare des chargés de cours universitaires. De plus, elle leur refuse une majoration de l’allocation pour l’usage de leurs équipements informatiques personnels. Toujours au chapitre de la rémunération globale, la direction de la Téluq ne veut consentir, à ses tuteurs et tutrices, aucun congé entre Noël et le Jour de l’An, pas plus qu’elle ne veut leur octroyer de prime de départ à la retraite ou de congé sans traitement pour obligation familiale, ce qu’elle consent pourtant à toutes ses autres catégories d’employés.

Les tuteurs et les tutrices veulent obtenir un rattrapage salarial conséquent à leur apport à l’enseignement universitaire. Les cadres de la Téluq, tout comme les professeurs de la Téluq ont comblé l’écart salarial qui les séparait de leurs collègues de l’UQAM. Les tuteurs de la Téluq n’en demandent pas plus et souhaitent être payés au même taux horaire que les chargés de cours pour effectuer l’encadrement pédagogique des étudiants qui leur sont confiés.

« S’il est vrai que nous n’élaborons pas les manuels de cours, notre rôle qui consiste à guider nos étudiants dans leur apprentissage de la matière enseignée et à leur fournir les explications nécessaires pour assimiler cette matière n’en est pas moins indispensable. Nous avons aussi pour tâche d’évaluer leurs travaux et de leur proposer des moyens pour surmonter leurs difficultés. Enfin, nous devons les amener à persévérer dans leurs études.

Or, l’attitude de nos patrons à la table de négociation laisse penser que ce n’est pas de l’enseignement. Nos patrons nient toute parenté entre nos tâches et celles d’un chargé de cours qui exerce une activité d’enseignement sous forme de cours, de laboratoire, d’ateliers ou de supervision de stage. Leur attitude laisse à penser qu’ils n’ont pas pleinement conscience de la qualité et de l’importance de notre engagement auprès des étudiants. Cela, en tout cas, se traduit par des offres qui nous renvoient au statut de surnuméraires dont la contribution à la mission d’enseignement est somme toute secondaire. Il est hors de question que nous nous en satisfaisions », indique Sylvie Pelletier, présidente du syndicat.

Le syndicat affilié à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec compte 120 membres dont une moitié à Québec et l’autre à Montréal.


Source : FNEEQ CSN – 31 mai 2007

Pour renseignements : Roger Deslauriers, Service des communications de la CSN, (514) 598-2378, cell. : (514) 916-8041;

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket