Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Manifestation devant Loto-Québec et plaintes à la CRT

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Grève des profs de l’UQAM

Manifestation devant Loto-Québec et plaintes à la CRT

Les professeur-es et les maîtres de langue en grève de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont marché de l’université jusqu’au siège social de Loto-Québec, ce midi. La société d’État a annoncé un investissement de plus de 305 millions de dollars sur quatre ans pour moderniser le Casino de Montréal, alors que le gouvernement du Québec se fait tirer l’oreille pour allouer des montants nécessaires dans le développement de l’éducation supérieure et du savoir. Les professeur-es et les maîtres de langue en grève revendiquent notamment l’embauche de nouveaux collègues afin de pouvoir donner un meilleur encadrement aux étudiantes et aux étudiants. À ce jour, la partie patronale n’a toujours pas acquiescé à leurs attentes justifiées à ce chapitre. Le mardi 14 avril, les professeurs et les maîtres de langue de l’institution ont voté, à scrutin secret, à 90 % pour la poursuite de la grève.  Ils s’étaient alors prononcés en faveur d’un bloc de 10 jours de grève, du 15 au 24 avril. Le corps professoral a ainsi entrepris ses sixième et septième semaines de grève. Négociation de mauvaise foi À la suite du dépôt, par le syndicat affilié à la CSN, de deux plaintes de négociations de mauvaise foi contre l’employeur auprès de la Commission des relations du travail (CRT) du Québec, celle-ci a convoqué les deux parties à une rencontre, le 19 mai. Le syndicat reproche à l’UQAM  de ne pas avoir soumis des offres complètes après 23 mois de négociation. Le syndicat accueille favorablement le fait que l’UQAM devra s’expliquer devant la CRT.  Les plaintes sont fondées sur l’article 53 du Code du travail du Québec. La convention collective des professeur-es est échue depuis le 31 mai 2007 ; celle des maîtres de langue depuis le 31 mai 2008.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket