Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Manifestation devant Loto-Québec et plaintes à la CRT

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

Grève des profs de l’UQAM

Manifestation devant Loto-Québec et plaintes à la CRT

Les professeur-es et les maîtres de langue en grève de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont marché de l’université jusqu’au siège social de Loto-Québec, ce midi. La société d’État a annoncé un investissement de plus de 305 millions de dollars sur quatre ans pour moderniser le Casino de Montréal, alors que le gouvernement du Québec se fait tirer l’oreille pour allouer des montants nécessaires dans le développement de l’éducation supérieure et du savoir. Les professeur-es et les maîtres de langue en grève revendiquent notamment l’embauche de nouveaux collègues afin de pouvoir donner un meilleur encadrement aux étudiantes et aux étudiants. À ce jour, la partie patronale n’a toujours pas acquiescé à leurs attentes justifiées à ce chapitre. Le mardi 14 avril, les professeurs et les maîtres de langue de l’institution ont voté, à scrutin secret, à 90 % pour la poursuite de la grève.  Ils s’étaient alors prononcés en faveur d’un bloc de 10 jours de grève, du 15 au 24 avril. Le corps professoral a ainsi entrepris ses sixième et septième semaines de grève. Négociation de mauvaise foi À la suite du dépôt, par le syndicat affilié à la CSN, de deux plaintes de négociations de mauvaise foi contre l’employeur auprès de la Commission des relations du travail (CRT) du Québec, celle-ci a convoqué les deux parties à une rencontre, le 19 mai. Le syndicat reproche à l’UQAM  de ne pas avoir soumis des offres complètes après 23 mois de négociation. Le syndicat accueille favorablement le fait que l’UQAM devra s’expliquer devant la CRT.  Les plaintes sont fondées sur l’article 53 du Code du travail du Québec. La convention collective des professeur-es est échue depuis le 31 mai 2007 ; celle des maîtres de langue depuis le 31 mai 2008.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket