Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Manifestation en appui à RCI

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Coupes à Radio Canada International (RCI)

Manifestation en appui à RCI

Réunis devant la maison de Radio-Canada à Montréal, de nombreux manifestants sont venus signifier, ce midi, leur appui au Comité d’action de RCI, formé d’employé-es de Radio Canada International. Le Comité d’action de RCI en a profité pour exiger du gouvernement fédéral qu’il annule les compressions budgétaires abusives imposées à RCI, et lui accorde son autonomie financière face à la direction de Radio-Canada-CBC.

Rappelons que la direction de Radio-Canada-CBC annonçait ce printemps que le budget de RCI serait amputé de 80 %, passant de 12,3 millions à 2,3 millions de dollars, et la fermeture de sa salle de nouvelles. RCI, la voix du Canada à l’étranger depuis 67 ans, cessera d’émettre sur ondes courtes et sur satellites le 24 juin prochain. Pour sa part, le ministre James Moore modifiait, le 7 juin dernier, le décret en conseil qui dicte à Radio-Canada-CBC ses obligations en vertu de la Loi sur la radiodiffusion et Radio Canada International. Ainsi, la SRC n’est plus contrainte d’offrir une programmation sur ondes courtes et n’a plus à consulter le ministère des Affaires étrangères afin de déterminer les zones géographiques desservies par RCI ainsi que les langues de diffusion de Radio Canada International.

Des auditeurs coupés du Canada

En mettant ainsi fin à la radiodiffusion de RCI et en l’obligeant à se limiter au Web, ce sont des millions d’auditrices et d’auditeurs qui seront privés de nouvelles non censurées provenant du Canada. Rappelons que dans de nombreux pays, dont la Chine, l’accès à Internet est très limité, pour ne pas dire censuré. Les autorités chinoises ont d’ailleurs choisi de bloquer l’accès au site Web de RCI, alors que les fréquences en ondes courtes de Radio Canada International ne le sont pas. Malheureusement, la récente décision du ministre Moore de fermer l’accès à la programmation radio de la section chinoise de RCI vient plonger dans le noir des centaines de milliers de Chinois. De plus, plusieurs partenaires économiques importants du Canada, dont l’Inde, la Russie et le Brésil, seront aussi privés des nouvelles du Canada, puisque le site Web de RCI y est soit bloqué, soit extrêmement difficile d’accès.

D’autre part, en éliminant l’obligation de consulter le ministère des Affaires étrangères, Radio-Canada-CBC a dorénavant le champ libre pour sabrer sauvagement dans les services de RCI offerts en Ukraine, en Russie et au Brésil.

Une responsabilité gouvernementale

Pour le porte-parole du Comité d’action de RCI, Wojtek Gwiazda, réalisateur et animateur à Radio Canada International, le gouvernement fédéral doit intervenir auprès de la direction de Radio-Canada-CBC afin d’assurer la survie de RCI. « Nous estimons qu’il revient au parlement canadien et non à Radio-Canada-CBC de décider de la force ou de la faiblesse de la voix et de la présence du Canada dans le monde. Même si nous savons que le gouvernement canadien ne souhaite pas interférer dans la programmation ou les affaires internes de la société d’État, nous estimons que Radio-Canada-CBC a été trop loin en défiant l’esprit de la loi canadienne sur la radiodiffusion.»

Pour sa part, le président du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), Alex Levasseur, affirme qu’il est essentiel que le Canada garde sa voix dans le monde. « Ce qui fait le caractère unique de RCI n’est pas seulement que nous diffusons en plusieurs langues, mais aussi que nous expliquons le Canada au reste de la planète dans des langues différentes. Notre programmation faite sur mesure pour un auditoire peu informé sur le Canada est utile aux secteurs canadiens du commerce, du tourisme et de l’immigration, qui profitent grandement du rayonnement radiophonique de RCI dans le monde. La voix du Canada y est une source journalistique internationalement reconnue et respectée, et ce, depuis 67 ans ».

Pour plus d’informations, consultez le www.rciaction.org/blog

Le SCRC regroupe près de 1800 employés de Radio-Canada-CBC au Québec et à Moncton et est affilié à la Fédération nationale des communications de la CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket